« Il ne faut pas assimiler la fabrication additive à la contrefaçon »

Rédigé par  vendredi, 24 mai 2019 17:00
La fabrication additive regroupe plusieurs procédés industriels, qui permettent tous de s'affranchir de certaines contraintes liées aux procédés de fabrication classiques, comme l'usinage. Cette simplification engendre-t-elle un risque accru de contrefaçons? Les politiques se saisissent de la question. Pour Nicolas Parascandolo, chargé de professions au Symop, la fabrication additive ne pose pas de problèmes spécifiques de ce point de vue, et le corpus juridique existant est tout à fait compatible avec cette technologie.

Connectez-vous pour lire la suite

Aide ? Créer un compte
Dernière modification le vendredi, 24 mai 2019 17:00
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans


Capteurs et transmetteurs
Détecteur de niveau à lames vibrantes Liquiphant

Le Liquiphant FTL31 est un détecteur de niveau pour les liquides. Le FTL31 est conçu pour les applications [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Imprimante couleur pour étiquettes
 Imprimante couleur pour étiquettes

    Avec l’arrivée de la nouvelle série CPX4, TSC propose une solution d’impression numérique d’étiquettes répondant aux besoins d'impression couleur à la demande.

    Lire la suite >
  • pHmètre portable pHmètre portable
    Associé à une solution tampon, le testeur CA 10001 de Chauvin Arnoux est un pHmètre portable IP65 convenant à des secteurs très variés (industrie des boissons, traitement des eaux, éducation, etc.). Deux appuis sur la touche Cal permettent de réaliser l’étalonnage puis la mesure.
    Lire la suite >
  • PC embarqué pour transports
 PC embarqué pour transports

    Le tBOX300-510-FL d'Axiomtek est un PC embarqué durci, conçu pour les véhicules et les secteurs marin et ferroviaire.

    Lire la suite >
Susceptance
La tension U aux bornes d’un équipement électrique et le courant I qui le traverse sont liés par la relation I = Y.U, où Y est l’admittance. I s’exprime en ampères, U en volts et Y en siemens (S) ou mho (ohm, à l’envers).
L’admittance peut aussi s’écrire (par analogie avec l’expression de l’impédance) : Y = G + jB, où G est la conductance et B la susceptance.