L’Anssi certifie pour la première fois un automate

Rédigé par  lundi, 30 mai 2016 15:48
L’Anssi certifie pour la première fois un automate Siemens

Siemens est le premier équipementier de systèmes industriels à obtenir une certification et une qualification de sécurité.

L’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (Anssi) vient d’annoncer avoir délivré, pour la première fois, une certification et une qualification de sécurité pour un équipement de systèmes industriels. Il s’agit de l’automate Simatic S7–1518-4 de l’allemand Siemens.

« L’ouverture aux équipements de sécurité destinés aux systèmes industriels répond à une demande croissante en matière de produits qualifiés et certifiés, une demande toujours plus importante au regard de la nouvelle réglementation de la loi de programmation militaire (LPM), pour le renforcement de la protection des infrastructures critiques de la Nation », constate l’Anssi dans son communiqué de presse.

Avec la Certification de sécurité de premier niveau (CSPN), les fonctions de sécurité de l’automate de Siemens ont été mises à l’épreuve et le système a fait l’objet d’une recherche de vulnérabilités par un tiers agréé par l’Anssi. D’autres équipements seront amenés à être certifiés et qualifiés dans les mois à venir…

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Capteurs et transmetteurs
Détecteur de niveau à lames vibrantes Liquiphant

Le Liquiphant FTL31 est un détecteur de niveau pour les liquides. Le FTL31 est conçu pour les applications [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
In situ

Le test in-situ d’une carte électronique consiste à tester individuellement les composants qu’elle comporte ainsi que la qualité des connexions. L’accès électrique aux différents points de la carte s’effectue à l’aide d’une planche à clous. Le test in-situ permet de mettre immédiatement en évidence un composant défaillant. Lors du test, seul le composant ou la zone sous test est mise sous tension.
Sur les cartes les plus denses, l’accès aux points de la carte est de plus en plus difficile. Ceci a conduit les fabricants de testeurs de cartes à développer des techniques de contrôle optique (AOI) ou à rayons X. Mais, bien évidemment, on se limite ici à des contrôles d’aspects (de qualité des soudures, de marquage des composants, etc.) et on n’atteint pas la qualité d’un test électrique.
Le test in-situ est en général complété par un test fonctionnel, qui permet de s’assurer du bon fonctionnement de la carte. Dans certaines productions bien rodées, on se contente d'un test fonctionnel rapide, de type "go-no go", et on pratique éventuellement un test in-situ sur les cartes qui n'ont pas passé le test go-no go, afin de localiser le défaut et réparer la carte.