Stäubli accompagne les jeunes dans l’industrie

Rédigé par  vendredi, 22 février 2019 14:11

Partenaire de l’événement organisé fin 2018 par la fondation Usine Extraordinaire, Stäubli Robotics poursuit son engagement de longue date pour sensibiliser les jeunes à la diversité des métiers de l’industrie.

Le roboticien Stäubli Robotics a participé en tant que partenaire à l’événement organisé fin 2018 au Grand Palais à Paris par l’Usine Extraordinaire, une fondation créée pour retisser les liens entre la société et l’industrie. Cette manifestation avait pour objectif de sensibiliser le grand public, et en particulier les jeunes générations, aux métiers de l’industrie en permettant de vivre durant quelques heures, l’aventure collective d’une usine vivante.

Une occasion pour Stäubli de présenter les métiers très divers offerts par l’ensemble de la chaîne de valeurs de ses activités, notamment de robotique, de connecteurs d’énergie fluide et électrique, ou de systèmes de changement rapide de moule en plasturgie. « Sans usines, pas de monde moderne: automobile, téléphones, avions, vaccins, tablettes tactiles, éoliennes… Tous ces équipements nécessitent de multiples étapes de transformation que l’usine accélère et optimise. Loin de remplacer les humains, les nouvelles technologies comme les robots collaboratifs, sont au service de l’homme et le libèrent des tâches répétitives et dangereuses », explique Yves Gelon, directeur de la division robots de Stäubli Robotics.

Le roboticien rappelle que ce partenariat s’inscrit dans un engagement de longue date auprès des jeunes et des enseignants. Cela se traduit au quotidien par le prêt de matériel pour les salles de TP, l’intervention d’équipes dans les écoles, l’organisation de visites du site de production de Faverges en Haute-Savoie ou encore l’accueil de stagiaires et d’étudiants en alternance.

Dernière modification le vendredi, 22 février 2019 14:11
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Machines à décaper l’isolantLa technique moderne ne peut pas renoncer aux câbles. Pour pratiquement [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
FFT
Fast Fourier Transform, transformée de Fourier rapide. On sait depuis longtemps réaliser des transformées de Fourier d’un signal, à l’aide d’électroniques analogiques (mises en œuvre notamment dans les analyseurs de spectres). Lorsque les électroniques numériques sont apparues, on a naturellement cherché à calculer numériquement la transformée de Fourier des signaux. Mais ces calculs étaient longs, jusqu’à ce qu’apparaisse un nouvel algorithme qui a permis de fortement réduire le temps de calcul. Cet algorithme a été baptisé “fast” (rapide, en anglais). Et c’est ainsi qu’est apparu le terme FFT. Aujourd’hui, quand on parle d’un analyseur FFT, il s’agit d’un appareil qui assure une fonction d’analyse spectrale et qui calcule numériquement le spectre.
Ceci étant, malgré les progrès accomplis par les calculateurs, les analyseurs FFT restent relativement lents et sont réservés à l’analyse de signaux acoustiques, de vibrations ou à l’analyse d’asservissements (quelques centaines de kHz tout au plus). Quand on dit qu’un analyseur FFT est “temps réel jusqu’à 20 kHz”, cela signifie qu’il va calculer le spectre d’un signal jusqu’à 20 kHz, sans perdre aucune information sur le signal d’entrée. L’analyseur peut calculer les raies spectrales supérieures à cette fréquence, mais il perd alors la notion de “temps réel” : autrement dit, le temps de calcul est trop long pour pouvoir prendre en compte la totalité des échantillons du signal et des portions de ce signal sont perdues.