Omron sort une offre de robots collaboratifs

Rédigé par  jeudi, 07 mars 2019 14:46

Spécialisé en robotique mobile, le fabricant japonais lance à présent une gamme de robots collaboratifs conçus pour réduire le temps de programmation, de configuration et d’installation.

Le japonais Omron, spécialisé dans les robots mobiles pour l’automatisation industrielle, lance à présent la gamme TM de robots collaboratifs (cobots) conçus pour apporter souplesse et simplicité aux chaînes de fabrication devant s’adapter à des changements fréquents de produits. Ils s’appuient, pour cela, sur des fonctions de vision et un environnement de programmation intuitif, afin d’effectuer des tâches diverses de ramassage, d’emballage et de vissage.

Dans le cadre de ce lancement, Omron commercialise également une version « compatible mobile » qui s’intègre de façon transparente à son offre existante de robots mobiles autonomes LD. Ce modèle cible l’automatisation de tâches plus complexes comme le ramassage et le dépôt dans un bac, ainsi que la connexion de processus de production avec des robots mobiles pour assurer une fabrication flexible.

La gamme de robots TM comprend douze modèles se déclinant en longueur de bras de 90, 110 et 130 cm, avec une charge utile de 4, 6, 12 ou 14 kg. Le fabricant japonais souligne le gain de temps apporté à trois niveaux, tout d'abord pour la programmation qui s'effectue sans apprentissage par le biais d'une interface basée sur des organigrammes. Ensuite, pour la configuration facilitée par des fonctions de vision et d’éclairage comprenant la capture d’images, la détection de formes, la lecture de codes-barres et l’identification de couleurs. Enfin, pour l’installation qui ne nécessite pas de barrière de sécurité tout en se montrant conforme aux normes de collaboration homme-machine.

Dernière modification le mardi, 12 mars 2019 11:54
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Inventé par Dr. Fritz Faulhaber père et breveté en 1958, la bobine á bobinage oblique de FAULHABER [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
FFT
Fast Fourier Transform, transformée de Fourier rapide. On sait depuis longtemps réaliser des transformées de Fourier d’un signal, à l’aide d’électroniques analogiques (mises en œuvre notamment dans les analyseurs de spectres). Lorsque les électroniques numériques sont apparues, on a naturellement cherché à calculer numériquement la transformée de Fourier des signaux. Mais ces calculs étaient longs, jusqu’à ce qu’apparaisse un nouvel algorithme qui a permis de fortement réduire le temps de calcul. Cet algorithme a été baptisé “fast” (rapide, en anglais). Et c’est ainsi qu’est apparu le terme FFT. Aujourd’hui, quand on parle d’un analyseur FFT, il s’agit d’un appareil qui assure une fonction d’analyse spectrale et qui calcule numériquement le spectre.
Ceci étant, malgré les progrès accomplis par les calculateurs, les analyseurs FFT restent relativement lents et sont réservés à l’analyse de signaux acoustiques, de vibrations ou à l’analyse d’asservissements (quelques centaines de kHz tout au plus). Quand on dit qu’un analyseur FFT est “temps réel jusqu’à 20 kHz”, cela signifie qu’il va calculer le spectre d’un signal jusqu’à 20 kHz, sans perdre aucune information sur le signal d’entrée. L’analyseur peut calculer les raies spectrales supérieures à cette fréquence, mais il perd alors la notion de “temps réel” : autrement dit, le temps de calcul est trop long pour pouvoir prendre en compte la totalité des échantillons du signal et des portions de ce signal sont perdues.