L’industrie mécanique se mobilise pour la robotique collaborative

Rédigé par  jeudi, 23 février 2017 17:34

La FIM, le Cetim, le Symop et l’UNM rappellent les enjeux majeurs que représente pour la France le développement de la robotique collaborative et annoncent la sortie d’une brochure pratique consacrée à ce sujet.

Dans un appel commun, la Fédération des industries mécaniques (FIM), le Centre technique des industries mécaniques (Cetim), le Syndicat des machines et technologies de production (Symop) et l’Union de normalisation de la mécanique (UNM), annoncent la parution d’une brochure pratique intitulée « Enjeux relatifs aux applications robotisées collaboratives ». Ces organisations profitent de l’occasion pour rappeler comme il est important de repenser la configuration des postes de travail et le gain de compétitivité que les PME peuvent obtenir en confiant aux opérateurs les tâches à plus forte valeur ajoutée.

Dans un récent manifeste, le Symop avait souligné le retard pris par la France en investissement productif depuis les années 90 et combien cela pesait encore aujourd’hui sur les entreprises. « Nous devons tirer les enseignements de cette expérience et profiter de la nouvelle opportunité que représentent les applications robotisées collaboratives », conclut ainsi Constant Bernard, président du Symop. Considérée comme l’enjeu même de l’Industrie du futur, la robotique collaborative est un outil indispensable, flexible et polyvalent, selon les quatre organisations, et elle doit être d’autant plus encouragée qu’on assiste au développement de robots plus abordables et facilement programmables. La Direction générale des entreprises (DGE) l’a d’ailleurs inscrite dans les Technologies clés 2020.

Des questions se posent encore sur le cadre réglementaire et normatif pour la mise en œuvre de ces équipements. La présente brochure aborde également ces aspects, en insistant sur l’analyse des risques à prendre en compte.

Dernière modification le jeudi, 23 février 2017 17:34
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

19/09/2017 - 21/09/2017
Congrès international de métrologie (CIM)
19/09/2017 - 21/09/2017
Enova Paris
27/09/2017 - 28/09/2017
Simer
03/10/2017 - 03/10/2017
Journée Technique - Accréditation NF ISO 17025
05/10/2017 - 06/10/2017
4DMIX
10/10/2017 - 10/10/2017
Journée technique du CFM
10/10/2017 - 11/10/2017
Atmos’Fair
10/10/2017 - 12/10/2017
Sepem Industries Angers
18/10/2017 - 18/10/2017
Table ronde Mesures sur l'efficacité énergétique

Capteurs et transmetteurs
Pression absolue et relative Cerabar M PMP51

Le transmetteur de pression numérique Cerabar PMP51 avec cellule de mesure piézorésistive et membrane [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Commutateur avec batterie Commutateur avec batterie
    Le BSP-360 de Planet est un commutateur Ethernet administrable. Il est conçu avec batterie pour le déploiement de réseaux de contrôle et de gestion à distance de dispositifs IP.
    Lire la suite >
  • Alimentations pour l'industrie nucléaire Alimentations pour l'industrie nucléaire
    Ametek Solidstate Control propose les Nuclear Digital ProcessPower, les premières alimentations sans interruption du marché, selon le fabricant, répondant à la classe 1E imposée dans les installations nucléaires.
    Lire la suite >
  • Panel PC robustes Panel PC robustes
    Les Panel PC APC-3072 et APC-3082 d’Aplex sont conçus pour les véhicules commerciaux et industriels, ainsi que les environnements critiques (IP66 et connecteurs M12 étanches).
    Lire la suite >
Théorème de Shannon
Il concerne la numérisation d’un signal analogique. La numérisation consiste à échantillonner le signal à une fréquence donnée et à attribuer une valeur numérique à chacun des échantillons ainsi obtenus. Le théorème de Shannon dit que si on veut être sûr de ne perdre aucune informatique sur le signal, il faut que la fréquence d’échantillonnage soit au moins le double de la fréquence maximale contenue dans le signal. Ainsi, si un signal 10 Hz contient des harmoniques jusqu’au rang 20 (la fréquence maximale est alors de 20 x 10 = 200 Hz), il doit être échantillonné à une fréquence qui est au moins le double de 200 Hz, soit 400 Hz minimum.