Le marché mondial des robots se développe tous azimuts

Rédigé par  jeudi, 13 juillet 2017 16:30

Plusieurs analyses de Research and Markets et de Technavio sur le marché mondial des robots convergent pour désigner le gain de compétitivité, le développement des cobots et la forte demande des PME comme les principaux facteurs de croissance.

Les cabinets Research and Markets et Technavio ont récemment publié plusieurs études centrées sur diverses composantes du marché mondial des robots dans les cinq ans à venir et faisant ressortir certains moteurs de croissance communs. Ainsi, le rapport de Research and Markets sur les robots pour l’agroalimentaire, auquel s’ajoutent trois analyses de Technavio – distinguant les marchés des SCARA, des entraînements robotisés et de l’intégration de systèmes robotiques – s’accordent sur le fait que la recherche par les industriels de gain de compétitivité constitue un facteur majeur de développement. Un second phénomène relevé dans chacune des études concerne l’expansion des robots collaboratifs (ou cobots) qui apportent des avantages en termes de compacité, de coûts réduits, de simplicité d’utilisation et de technologies innovantes telles que des fonctions d’apprentissage et d’analyse. Autant de caractéristiques répondant également aux besoins spécifiques des PME en systèmes robotisés sur mesure et en souplesse de programmation pour s’adapter aux variations et aux petits volumes de production. L’augmentation significative de la demande en cobots attendue de ce segment d’entreprises représente d’ailleurs une troisième tendance soulignée par les cabinets d’analyse sur le marché des robots.

Outre ces facteurs communs aux quatre études, on retiendra que selon Research and Markets, le marché mondial des robots pour l’agroalimentaire devrait suivre un taux de croissance annuel moyen (CAGR) de 12,8 % dans les cinq prochaines années, lié aux évolutions des règles de sécurité alimentaire et à l’augmentation de la demande en produits emballés. En ce qui concerne le marché mondial des robots SCARA (Selective Compliance Assembly Robot Arm), Technavio annonce un CAGR de plus de 5 % jusqu’en 2021. Ces bras sont privilégiés pour des applications d’assemblage et de pick and place exigeant rapidité et précision, principalement dans les secteurs de l’électronique, de l’automobile et de la logistique. Du côté des systèmes d’entraînement robotisés, le cabinet britannique prévoit un taux de croissance de presque 8 % sur la même période, porté par les tâches de manutention et d’assemblage nécessitant un contrôle de process efficace et personnalisé dû à la variété de la taille, du poids et des matériaux des pièces en présence. Toujours selon Technavio, c’est enfin un CAGR proche de 12 % que devrait connaître le marché de l’intégration de systèmes robotisés, boosté par la forte demande en applications sur mesure et l’adoption de nouvelles technologies.

Dernière modification le jeudi, 13 juillet 2017 16:30
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Capteurs et transmetteurs
Radar de niveau Micropilot FMR10/FMR20

Micropilot FMR10/FMR20 -Pour les cuves de stockage et le domaine de l’eauEndress+Hauser frappe un grand [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.