Mitsubishi multiplie les outils de transformation numérique de la production

Rédigé par  vendredi, 26 janvier 2018 15:15

Le conglomérat japonais s’appuie sur les technologies de l’IoT de sa plate-forme e-F@ctory pour proposer à ses clients de nouvelles commandes numériques intelligentes et des solutions innovantes de maintenance prédictive, gages de productivité améliorée.

Le spécialiste de l’automatisation industrielle Mitsubishi Electric, a renforcé au cours des derniers mois, son offre dédiée à la transformation numérique des systèmes de production. Dans un contexte industriel fortement concurrentiel, le fournisseur japonais entend aider ses clients à améliorer leur productivité en passant par plus de flexibilité, d’efficacité et une meilleure disponibilité des machines. Il s’appuie pour cela sur son concept e-F@ctory qui met en œuvre des technologies de l’IoT et des services intelligents, appliqués aux commandes numériques, aux automates et aux machines-outils.

Présentées fin septembre 2017 à Hanovre lors du salon EMO dédié à l’usinage des métaux, les gammes M800/M80 de commandes numériques par calculateur (CNC) de nouvelle génération, supportent ainsi les technologies de flux continu de données. Elles permettent l’optimisation de machines individuelles tout en assurant un rendement maximal au niveau de l’usine.

Second point clé mis en avant à EMO 2017, la maintenance prédictive des robots proposée par Mitsubishi s’est enrichie de deux solutions innovantes. La première est basée sur la plate-forme d’intelligence artificielle Watson d’IBM qui fournit des informations de maintenance en combinant des modèles prédéfinis, des simulations et des extrapolations de tendances issues de l’utilisation réelle des robots. La seconde concerne l’interaction entre l’homme et la machine, avec d’une part des opérations de maintenance effectuées par commandes vocales échangées via le cloud. D’autre part, des fonctions de réalité augmentée viennent optimiser les tâches de maintenance au travers de lunettes qui superposent au robot lui-même des schémas descriptifs des diverses pièces et qui peuvent aussi afficher un manuel d’utilisation ou des instructions personnalisées.

Dernière modification le vendredi, 26 janvier 2018 15:15
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

05/03/2019 - 08/03/2019
Global Industrie
12/03/2019 - 14/03/2019
CFIA
13/03/2019 - 13/03/2019
Journée technique du CFM
26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre

Capteurs et transmetteurs
Pression différentielle Deltabar PMD75

Le transmetteur de pression différentielle Deltabar PMD75 avec capteur piézorésistif et membrane métallique [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Régulateur PID

La régulation a pour objectif de maintenir à un niveau prédéterminé un paramètre de process (une température, une pression, un niveau, un débit, une position, une vitesse, etc.). Pour ce faire, le régulateur agit sur une valeur réglante (pour par exemple commander une résistance chauffante, une vanne, un robinet, un moteur, etc.).

Le régulateur PID est de loin le régulateur le plus répandu et le plus facile à mettre en œuvre. Ce type de régulation (voir aussi la définition de ce terme) consiste à associer trois actions :

  • action proportionnelle (P) : la grandeur de sortie du régulateur est directement proportionnelle à l’écart entre la grandeur mesurée et la valeur de consigne. Avec ce type de régulation, la valeur mesurée n’atteint jamais la valeur de la consigne : le rôle du régulateur est de minimiser cet écart.
  • action intégrale (I) : l’action intégrale permet d’annuler l’écart entre la mesure et la consigne et donc d’améliorer la précision de la régulation. Elle consiste à réaliser une intégration (au sens mathématique du terme) de l’écart. L’action intégrale est pratiquement toujours associée à une action proportionnelle.
  • action dérivée : celle-ci consiste à dériver (au sens mathématique du terme) l’écart entre la mesure et la consigne. L’action dérivée permet de raccourcir le temps de réponse de la régulation et de stabiliser la régulation (lorsque les variations de la grandeur contrôlée sont rapides). L’action dérivée est complémentaire de l’action proportionnelle.