Une croissance de 11 % attendue sur le marché des contrôleurs multiaxes

Rédigé par  vendredi, 09 mars 2018 14:52

Technavio prévoit que le développement de ce marché mondial sera porté par le haut niveau de précision requis en particulier dans le segment des machines outils, pour la fabrication de semiconducteurs et pour l’emballage.

Le cabinet Technavio a récemment publié une analyse du marché mondial des contrôleurs de mouvement multiaxes, annonçant un revenu de 2,86 milliards de dollars généré à l’horizon 2021, selon un taux de croissance annuel moyen (CAGR) proche de 11%. L’amélioration de la qualité des produits fabriqués est identifiée comme un facteur prépondérant de croissance, ce qui se traduit par une demande alliant haute précision et contrôle de machines rapides, sans vibrations et sans à-coups. Le rapport distingue cinq fournisseurs principaux, à savoir ABB, Bosch Rexroth, Galil, Mitsubishi Electric et Parker Hannifin.

Au niveau des utilisateurs finaux, trois segments devraient se montrer particulièrement porteurs, avec en tête les machines outils pour le formage et la découpe de métaux. Vient ensuite la fabrication de semiconducteurs basée sur le contrôle précis du positionnement et de la synchronisation des multiples axes. Le troisième domaine concerne l’emballage et l’étiquetage qui requièrent puissance et coordination des mouvements.

Quant à la segmentation géographique, elle prévoit que les pays émergents, et plus précisément la région Asie-Pacifique (APAC), devraient générer la plus grande part de revenu. En termes de technologie d’automatisation, l’étude souligne d’ailleurs une tendance propre à ces pays qui privilégient les systèmes GMC (General control motion) pour leurs coûts d’installation et de maintenance moins élevés que ceux des robots ou CNC.

Dernière modification le vendredi, 09 mars 2018 14:52
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

25/09/2018 - 28/09/2018
Micronora
25/09/2018 - 27/09/2018
Sepem Avignon
27/09/2018 - 27/09/2018
Journée technique de l'Exera
03/10/2018 - 04/10/2018
Journées nationales de la mesure (J’M)
11/10/2018 - 11/10/2018
Journée technique de l'IO-Link France
16/10/2018 - 16/10/2018
Digital Industry Summit
18/10/2018 - 18/10/2018
Les Assises du MES
23/10/2018 - 24/10/2018
Enova Paris

Capteurs et transmetteurs
Pression différentielle Deltabar PMD75

Le transmetteur de pression différentielle Deltabar PMD75 avec capteur piézorésistif et membrane métallique [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Camera intelligente Camera intelligente
    La caméra intelligente Neon-1021 x86 d'ADlink Technologies intègre différents logiciels de vision, permettant de choisir le mieux adapté et de profiter d’un éventail de fonctions très étendu.
    Lire la suite >
  • Logiciel d'ingénierie
 Logiciel d'ingénierie

    Siemens a ajouté des extensions fonctionnelles à son outil d'ingénierie TIA Portal V15.1. Celles-ci sont axées sur les tests et les simulations.

    Lire la suite >
  • Kit de développement pour caméras 3D Kit de développement pour caméras 3D
    IDS Imaging Development Systems diffuse la version 2.2 du kit de développement logiciel (SDK) pour ses caméras 3D Ensenso. Il offre un traitement d'image plus efficace, basé sur une carte graphique Nvidia CUDA (Compute Unified Device Architecture) avec processeur graphique (GPU).
    Lire la suite >
Boundary Scan
La technique “boundary scan” (balayage de la périphérie) est pratique pour accéder individuellement aux circuits intégrés numériques présents sur une carte électronique. Les différentes broches des composants et les différents composants sont raccordés sur un bus spécialisé (Boundary Scan) accessible depuis le connecteur de la carte. Cette technique permet de réaliser de la programmation in-situ de composants (mémoires et micro-contrôleurs) et de tester ces composants. Le gros intérêt du Boundary Scan est d’éviter de recourir au traditionnel lit à clous, encombrant, peu flexible (il faut en développer un pour chaque type de carte à tester) et coûteux. Revers de la médaille, cette technique impose d’utiliser des versions Boundary Scan des composants classiques, qui nécessitent plus de surface sur le silicium et sont donc plus onéreuses.
Le terme Boundary Scan est également connu sous le nom de JTAG et il fait l'objet d'une norme (IEEE 1149.1).