Le marché de la gestion de moteur devrait connaître plus de 5 % de croissance

Rédigé par  vendredi, 16 mars 2018 16:12

Selon MarketsandMarkets, ce marché mondial sera boosté par l’automatisation industrielle, gage d’économie d’énergie, de précision du contrôle et de meilleure disponibilité des machines.

Le cabinet MarketsandMarkets a passé au crible le marché mondial de la gestion de moteur, en l’étudiant sous l’angle des équipements et logiciels de contrôle, du type de moteur, de la gamme de tension, des applications, du secteur industriel ou encore de la région. Il en ressort que ce marché devrait suivre un taux de croissance annuel moyen (CAGR) de 5,35 % dans les six ans à venir, générant en 2023 un revenu estimé à 4,03 milliards de dollars. L’automatisation industrielle apparaît comme le principal facteur de croissance de ce marché, sachant les économies d’énergie, la précision du contrôle et la meilleure disponibilité des machines qu’elle induit. Cela se traduit notamment par une forte demande en équipements de contrôle de moteur à la fois intelligents, intégrés et multifonctions.

Parmi les tendances révélées par cette étude, on retiendra que les applications de pompage devraient représenter la plus grande part de marché. Elles interviennent en effet dans de nombreux domaines, notamment le pétrole et le gaz, la distribution et l’assainissement de l’eau, l’exploitation minière et la chimie. Quant au secteur industriel, c’est le pétrole et le gaz qui devraient générer le plus gros revenu. Là encore, le contrôle de moteur de pompes est omniprésent, du forage jusqu’au raffinage en passant par le transport et le stockage.

L’analyse retient une dizaine d’acteurs principaux impliqués dans la fabrication d’équipements de contrôle pour la gestion de moteur. Il s’agit de General Electric, Texas Instruments, Siemens, Schneider Electric, ABB, Analog Devices, Eaton, Mitsubishi, Rockwell Automation et Hitachi.

Dernière modification le vendredi, 16 mars 2018 16:12
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

25/09/2018 - 28/09/2018
Micronora
25/09/2018 - 27/09/2018
Sepem Avignon
27/09/2018 - 27/09/2018
Journée technique de l'Exera
03/10/2018 - 04/10/2018
Journées nationales de la mesure (J’M)
11/10/2018 - 11/10/2018
Journée technique de l'IO-Link France
16/10/2018 - 16/10/2018
Digital Industry Summit
18/10/2018 - 18/10/2018
Les Assises du MES
23/10/2018 - 24/10/2018
Enova Paris

Capteurs et transmetteurs
Thermorésistance iTHERM TM411 | Endress+Hauser

Cette thermorésistance iTHERM a été conçue pour répondre aux exigences de l'agroalimentaire et des [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Boundary Scan
La technique “boundary scan” (balayage de la périphérie) est pratique pour accéder individuellement aux circuits intégrés numériques présents sur une carte électronique. Les différentes broches des composants et les différents composants sont raccordés sur un bus spécialisé (Boundary Scan) accessible depuis le connecteur de la carte. Cette technique permet de réaliser de la programmation in-situ de composants (mémoires et micro-contrôleurs) et de tester ces composants. Le gros intérêt du Boundary Scan est d’éviter de recourir au traditionnel lit à clous, encombrant, peu flexible (il faut en développer un pour chaque type de carte à tester) et coûteux. Revers de la médaille, cette technique impose d’utiliser des versions Boundary Scan des composants classiques, qui nécessitent plus de surface sur le silicium et sont donc plus onéreuses.
Le terme Boundary Scan est également connu sous le nom de JTAG et il fait l'objet d'une norme (IEEE 1149.1).