Omron intègre le traitement de données dans ses contrôleurs NX1

Rédigé par  vendredi, 07 septembre 2018 15:54

En associant le contrôle des machines à l’exploitation des données de production en temps réel, le fabricant japonais offre des solutions souples d’inspection et de sécurité, sources de gain de productivité.

Dans le cadre de son concept innovative-Automation basé sur l’intégration, l’intelligence et l’interactivité, le fabricant japonais Omron lance les contrôleurs d’automatisation NX1, destinés à améliorer la productivité en fournissant des informations exploitables sur l’état des process et des machines. Ces nouveaux appareils sont ainsi conçus pour intégrer au contrôle des machines, des fonctions de collecte de données, d’inspection des équipements et de sécurité des lignes de production.

Pour la fonction d’acquisition et de traitement à haute vitesse d’un grand volume de données, Omron a mis en œuvre une technologie multicoeur permettant de synchroniser dans un même cycle de 1 ms, les entrées/sorties et le contrôle de mouvement, celui-ci supportant jusqu’à douze axes. Des ports Ethernet industriels et une interface OPC UA assurent les échanges d’informations pour leur utilisation par les MES/SCADA ou pour le stockage dans des bases de données offrant une traçabilité en temps réel des produits.

Les contrôleurs NX1 peuvent également être connectés à une unité d’entrée analogique NX-HAD4xx dotée de quatre canaux indépendants. Cette solution à base de contrôleur standard peut s’adapter à diverses tâches d’inspection, par exemple des vibrations de machines à vitesse de rotation élevée, remplaçant avantageusement les systèmes spécialisés avec PC intégré, en usage auparavant.

Dans le même esprit, la combinaison d’un contrôleur NX1 avec une unité NX-SL5xxx constitue une solution souple de gestion de la sécurité qui, grâce à l’emploi de programmes modulaires, ne nécessite pas de reprogrammation si l’aménagement de la chaîne de production évolue.

Dernière modification le vendredi, 07 septembre 2018 15:54
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

25/09/2018 - 28/09/2018
Micronora
25/09/2018 - 27/09/2018
Sepem Avignon
27/09/2018 - 27/09/2018
Journée technique de l'Exera
03/10/2018 - 04/10/2018
Journées nationales de la mesure (J’M)
11/10/2018 - 11/10/2018
Journée technique de l'IO-Link France
16/10/2018 - 16/10/2018
Digital Industry Summit
18/10/2018 - 18/10/2018
Les Assises du MES
23/10/2018 - 24/10/2018
Enova Paris

Capteurs et transmetteurs
Pression différentielle Deltabar PMD75

Le transmetteur de pression différentielle Deltabar PMD75 avec capteur piézorésistif et membrane métallique [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Camera intelligente Camera intelligente
    La caméra intelligente Neon-1021 x86 d'ADlink Technologies intègre différents logiciels de vision, permettant de choisir le mieux adapté et de profiter d’un éventail de fonctions très étendu.
    Lire la suite >
  • Logiciel d'ingénierie
 Logiciel d'ingénierie

    Siemens a ajouté des extensions fonctionnelles à son outil d'ingénierie TIA Portal V15.1. Celles-ci sont axées sur les tests et les simulations.

    Lire la suite >
  • Kit de développement pour caméras 3D Kit de développement pour caméras 3D
    IDS Imaging Development Systems diffuse la version 2.2 du kit de développement logiciel (SDK) pour ses caméras 3D Ensenso. Il offre un traitement d'image plus efficace, basé sur une carte graphique Nvidia CUDA (Compute Unified Device Architecture) avec processeur graphique (GPU).
    Lire la suite >
Boundary Scan
La technique “boundary scan” (balayage de la périphérie) est pratique pour accéder individuellement aux circuits intégrés numériques présents sur une carte électronique. Les différentes broches des composants et les différents composants sont raccordés sur un bus spécialisé (Boundary Scan) accessible depuis le connecteur de la carte. Cette technique permet de réaliser de la programmation in-situ de composants (mémoires et micro-contrôleurs) et de tester ces composants. Le gros intérêt du Boundary Scan est d’éviter de recourir au traditionnel lit à clous, encombrant, peu flexible (il faut en développer un pour chaque type de carte à tester) et coûteux. Revers de la médaille, cette technique impose d’utiliser des versions Boundary Scan des composants classiques, qui nécessitent plus de surface sur le silicium et sont donc plus onéreuses.
Le terme Boundary Scan est également connu sous le nom de JTAG et il fait l'objet d'une norme (IEEE 1149.1).