ABB mise gros sur le marché chinois de la robotique

Rédigé par  vendredi, 09 novembre 2018 16:05

Le spécialiste des automatismes va construire à Shanghai une usine de fabrication de robots basée sur les technologies numériques et l’intelligence artificielle, alliant le sur-mesure de masse et les performances.

Le groupe helvético-suédois ABB, fournisseur à l’échelle mondiale dans les domaines de l’énergie et des automatismes, va réaliser un investissement de 150 millions de dollars pour la construction à Shanghai en Chine, d’une usine de fabrication de robots qui devrait être opérationnelle fin 2020. Ce complexe, situé près du large campus ABB déjà dédié à la robotique, se veut novateur en combinant les technologies numériques du fabricant basées dans le cloud, son savoir-faire en cobotique et un centre de recherche en intelligence artificielle.

En s’appuyant sur ses solutions numériques et le machine learning, ABB souhaite proposer une nouvelle approche de conception centrée sur l’automatisation et la flexibilité, afin de fabriquer des robots plus variés, plus vite et en plus grand nombre. « Le sur-mesure de masse, les cycles plus rapides et les changements constants sont devenus la nouvelle norme », constate Sami Atiya, responsable de la division Robotics and Motion chez ABB. Ainsi, l’usine de Shanghai toute entière aura son modèle de jumeau numérique, qui élaborera de façon intuitive des tableaux de bord personnalisés pour aider les managers, les ingénieurs, les opérateurs et les techniciens de maintenance à prendre les bonnes décisions.

Avec plus de 2,4 milliards de dollars investis en Chine depuis 1992, le groupe ABB se renforce encore à Shanghai où il emploie déjà 5000 personnes et mise massivement sur le marché chinois de la robotique, rappellant qu’en 2017, il représentait un tiers des robots vendus dans le monde. Signalons qu’en parallèle, ABB et la municipalité de Shanghai ont signé un accord de coopération dans l’industrie, l’énergie, les transports et les infrastructures, visant à promouvoir le « Made in Shanghai ».

Dernière modification le vendredi, 09 novembre 2018 16:05
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

05/03/2019 - 08/03/2019
Global Industrie
12/03/2019 - 14/03/2019
CFIA
13/03/2019 - 13/03/2019
Journée technique du CFM
26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre

Non classé
Memograph M RSG45

L'enregistreur graphique évolué est un système flexible et performant pour l'organisation des valeurs [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Régulateur PID

La régulation a pour objectif de maintenir à un niveau prédéterminé un paramètre de process (une température, une pression, un niveau, un débit, une position, une vitesse, etc.). Pour ce faire, le régulateur agit sur une valeur réglante (pour par exemple commander une résistance chauffante, une vanne, un robinet, un moteur, etc.).

Le régulateur PID est de loin le régulateur le plus répandu et le plus facile à mettre en œuvre. Ce type de régulation (voir aussi la définition de ce terme) consiste à associer trois actions :

  • action proportionnelle (P) : la grandeur de sortie du régulateur est directement proportionnelle à l’écart entre la grandeur mesurée et la valeur de consigne. Avec ce type de régulation, la valeur mesurée n’atteint jamais la valeur de la consigne : le rôle du régulateur est de minimiser cet écart.
  • action intégrale (I) : l’action intégrale permet d’annuler l’écart entre la mesure et la consigne et donc d’améliorer la précision de la régulation. Elle consiste à réaliser une intégration (au sens mathématique du terme) de l’écart. L’action intégrale est pratiquement toujours associée à une action proportionnelle.
  • action dérivée : celle-ci consiste à dériver (au sens mathématique du terme) l’écart entre la mesure et la consigne. L’action dérivée permet de raccourcir le temps de réponse de la régulation et de stabiliser la régulation (lorsque les variations de la grandeur contrôlée sont rapides). L’action dérivée est complémentaire de l’action proportionnelle.