Stäubli et Schneider nouent un partenariat dédié aux smart machines

Rédigé par  vendredi, 30 novembre 2018 15:23

Les robots du premier vont être intégrés dans la solution IoT EcoStruxure du second, afin de simplifier la fabrication de machines intelligentes pour des applications métiers.

Le suisse Stäubli Robotics a étendu sa collaboration avec Schneider Electric en signant un accord de partenariat à long terme visant à intégrer ses robots de manière transparente dans l’offre EcoStruxure du groupe français. A la fois architecture et plate-forme, EcoStruxure est une solution ouverte de déploiement d’objets connectés et d’analyse de données permettant la mise en œuvre de machines intelligentes dans des applications métiers de gestion de l’énergie et d’automatisation industrielle.

Cette intégration sur mesure concerne dès à présent la série TS de robots SCARA à 4 axes de Stäubli, qui vont figurer sous la référence Lexium STS dans l’offre de contrôle de mouvement PacDrive proposée par Schneider. Si le roboticien met en avant le bénéfice tiré du « solide positionnement de Schneider sur le marché de la fabrication de machines », le spécialiste de l’automatisation souligne quant à lui l’intérêt en termes de « conception de smart machines, de réduction du temps de mise sur le marché ainsi que des coûts d’ingénierie, tout en améliorant les performances ».

Ce partenariat présente en effet deux avantages majeurs, avec en premier lieu la simplification de la programmation des mouvements des robots par l’usage d’un langage commun au standard CEI 61131-3. Cela conduit d’autre part à la réduction du nombre d’interfaces, des câblages et de l’espace requis pour les installations.

Dernière modification le vendredi, 30 novembre 2018 15:23
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

05/03/2019 - 08/03/2019
Global Industrie
12/03/2019 - 14/03/2019
CFIA
13/03/2019 - 13/03/2019
Journée technique du CFM
26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Machines à décaper l’isolantLa technique moderne ne peut pas renoncer aux câbles. Pour pratiquement [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Régulateur PID

La régulation a pour objectif de maintenir à un niveau prédéterminé un paramètre de process (une température, une pression, un niveau, un débit, une position, une vitesse, etc.). Pour ce faire, le régulateur agit sur une valeur réglante (pour par exemple commander une résistance chauffante, une vanne, un robinet, un moteur, etc.).

Le régulateur PID est de loin le régulateur le plus répandu et le plus facile à mettre en œuvre. Ce type de régulation (voir aussi la définition de ce terme) consiste à associer trois actions :

  • action proportionnelle (P) : la grandeur de sortie du régulateur est directement proportionnelle à l’écart entre la grandeur mesurée et la valeur de consigne. Avec ce type de régulation, la valeur mesurée n’atteint jamais la valeur de la consigne : le rôle du régulateur est de minimiser cet écart.
  • action intégrale (I) : l’action intégrale permet d’annuler l’écart entre la mesure et la consigne et donc d’améliorer la précision de la régulation. Elle consiste à réaliser une intégration (au sens mathématique du terme) de l’écart. L’action intégrale est pratiquement toujours associée à une action proportionnelle.
  • action dérivée : celle-ci consiste à dériver (au sens mathématique du terme) l’écart entre la mesure et la consigne. L’action dérivée permet de raccourcir le temps de réponse de la régulation et de stabiliser la régulation (lorsque les variations de la grandeur contrôlée sont rapides). L’action dérivée est complémentaire de l’action proportionnelle.