L’usine Toshiba de Dieppe bientôt labellisée Industrie du futur

Rédigé par  vendredi, 14 décembre 2018 15:31

Pour pérenniser son site de Seine-Maritime, le fournisseur de toners d’encre et de services de logistique à valeur ajoutée, opère sa transformation numérique en visant la labellisation Industrie du futur.

Toshiba Tec Europe Imaging Systems (TEIS) s’est engagé en 2017 dans la transformation numérique de son usine de Dieppe en Seine-Maritime, seul site industriel européen du groupe japonais, et suit pour cela une démarche de labellisation Industrie du futur qui devrait aboutir début 2019. Destinée à pérenniser l’entreprise dieppoise, cette initiative vise l’amélioration des performances et la création de nouvelles sources de revenus avec l’adoption de technologies numériques pour la production et les services, sachant que l’usine compte des activités de fabrication de toners d’encre, de logistique de distribution et de configuration de machines à la commande.

Le plan de transformation s’échelonne sur trois ans et comprend six groupes de travail intitulés Automatisation et robotisation, IoT/MES, Logistique 4.0, Solutions logistiques & manufacturing, Digital signage et Com’4 business. Mais pour Alain Verna, président de Toshiba TEIS, il ne suffit pas de se doter de technologies innovantes, il faut aussi que chaque salarié se les approprie: « L’Industrie du futur, c’est donner du sens à la transformation numérique de l’entreprise par l’implication de tous, salariés, partenaires et clients, dans la création de nouvelles valeurs », précise-t-il.

Le concept Industrie du futur suit ainsi quatre axes fondamentaux, à commencer par la « Conduite du changement » où la direction de l’entreprise partage sa vision stratégique avec l’ensemble des équipes. En second lieu, le « Travail en réseaux d’entreprises » permet de développer une efficacité collective de territoire. Vient ensuite la « Responsabilité environnementale et sociétale » qui couvre les impacts sur l’environnement aussi bien que la santé et la sécurité des collaborateurs et des utilisateurs de produits. Le quatrième point « Automatisation et digitalisation des processus » concerne enfin la robotisation des tâches pénibles et la gestion des données en temps réel.

Dernière modification le vendredi, 14 décembre 2018 15:31
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2019 - 31/01/2019
20e Carrefour de l’eau
30/01/2019 - 31/01/2019
Biogaz Europe 2019
05/02/2019 - 06/02/2019
Analyse Industrielle

Mesure mécanique, vision et CND
Analyseurs de bruit et vibration

Les analyseurs OROS permettent de mesurer et d'analyser de 2 à + de 1000 voies.Conçus pour de l’analyse [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
SDH
Synchronous Digital Hierarchy. Normalisée par l’UIT au début des années 1990 (et connue aux Etats-Unis sous le nom de Sonet), la hiérarchie numérique synchrone définit une infrastructure de transport dans les réseaux de télécommunications sur fibre optique. Elle a été développée pour faciliter l’évolution vers les hauts débits, simplifier la gestion de la bande passante et améliorer les possibilités d’exploitation et de maintenance des réseaux télécoms. La SDH définit en particulier des niveaux successifs de multiplexage des voies de transmission : STM-1 (ou Sonet OC-3) à 155,52 Mbit/s, STM-4 (OC-12) à 622,08 Mbit/s, STM-16 (OC-48) à 2,488 Gbit/s et STM-64 (OC-192) à 9,953 Gbit/s. Brasseurs, multiplexeurs d’insertion/extraction et systèmes de ligne sont les trois principaux équipements SDH. (Définition Electronique International Hebdo)