Lenze publie des résultats confirmant sa stratégie 2020+

Rédigé par  vendredi, 22 février 2019 14:19

Le groupe allemand a généré un chiffre d’affaires record pour l’exercice 2017/2018, validant ainsi sa stratégie de croissance Lenze 2020+ initiée en 2017.

Le groupe Lenze, spécialiste des systèmes d’automatisation et d’entraînement pour la construction de machines, a publié des résultats 2017/2018 révélant un chiffre d’affaires record de 741 millions d’euros, soit une hausse de 9,2 %, supérieure aux prévisions. Le résultat d’exploitation (EBIT) a lui aussi atteint un nouveau sommet avec 65,7 millions d’euros, en hausse de 12,3 %.

Ces résultats viennent confirmer la stratégie Lenze 2020+ initiée en 2017 et identifiant plusieurs moteurs de croissance, avec en premier lieu la fourniture de solutions numériques pour l’Industrie 4.0. Le groupe allemand s’appuie pour cela sur ses filiales Encoway, spécialiste du CPQ (Configure Price Quote), et Logicline, éditeur de logiciels.

Un second facteur de croissance consiste à développer de nouveaux produits basés sur une plate-forme globale et cohérente. Cette politique s’est traduite par des cycles d’innovation accélérés et une production en temps réel à coût réduit (Lean manufacturing). Un troisième moteur concerne le renforcement des ventes à l’échelle mondiale en se concentrant sur cinq secteurs industriels clés: l’automobile, les biens de consommation, le façonnage et l’impression, l’intralogistique et le textile. Au cours du dernier exercice, c’est en Europe que Lenze a réalisé la plus forte croissance de son chiffre d’affaires en valeur absolue, tandis que l’Asie a suivi le taux de croissance le plus élevé avec 18,6 %.

Pour l’exercice 2018/2019, le président du directoire de l’entreprise, Christian Wendler, table sur une croissance modérée de son chiffre d’affaires et du résultat. « Nous poursuivons notre stratégie de croissance et investissons de manière significative dans nos canaux de ventes, dans la R&D, ainsi que dans notre offre de services numériques », explique M. Wendler. Confiant dans cette politique, il réaffirme son intention de porter le chiffre d’affaires à 850 millions d’euros d’ici 2020/2021.

Dernière modification le vendredi, 22 février 2019 14:19
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Capteurs et transmetteurs
Transmetteur 8 voies Liquiline CM448 | Endress+Hauser

Le Liquiline CM448 est un transmetteur multiparamètre numérique pour la surveillance et le contrôle [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
FFT
Fast Fourier Transform, transformée de Fourier rapide. On sait depuis longtemps réaliser des transformées de Fourier d’un signal, à l’aide d’électroniques analogiques (mises en œuvre notamment dans les analyseurs de spectres). Lorsque les électroniques numériques sont apparues, on a naturellement cherché à calculer numériquement la transformée de Fourier des signaux. Mais ces calculs étaient longs, jusqu’à ce qu’apparaisse un nouvel algorithme qui a permis de fortement réduire le temps de calcul. Cet algorithme a été baptisé “fast” (rapide, en anglais). Et c’est ainsi qu’est apparu le terme FFT. Aujourd’hui, quand on parle d’un analyseur FFT, il s’agit d’un appareil qui assure une fonction d’analyse spectrale et qui calcule numériquement le spectre.
Ceci étant, malgré les progrès accomplis par les calculateurs, les analyseurs FFT restent relativement lents et sont réservés à l’analyse de signaux acoustiques, de vibrations ou à l’analyse d’asservissements (quelques centaines de kHz tout au plus). Quand on dit qu’un analyseur FFT est “temps réel jusqu’à 20 kHz”, cela signifie qu’il va calculer le spectre d’un signal jusqu’à 20 kHz, sans perdre aucune information sur le signal d’entrée. L’analyseur peut calculer les raies spectrales supérieures à cette fréquence, mais il perd alors la notion de “temps réel” : autrement dit, le temps de calcul est trop long pour pouvoir prendre en compte la totalité des échantillons du signal et des portions de ce signal sont perdues.