Les logiciels SLAM ouvrent la voie aux nouveaux robots industriels

Rédigé par  vendredi, 27 septembre 2019 16:12
Les logiciels SLAM ouvrent la voie aux nouveaux robots industriels Intermodalics

ABI Research prévoit que dans la prochaine décennie, les robots industriels devront disposer des fonctions de cartographie et de localisation simultanées, offrant des opportunités aux éditeurs de logiciels SLAM.

Le cabinet ABI Research, spécialisé dans l’analyse des marchés centrés sur les nouvelles technologies, a étudié les logiciels de cartographie et de localisation simultanées (SLAM pour Simultaneous Localization and Mapping), qui permettent à un appareil d'établir la carte de son environnement tout en se positionnant sur celle-ci. Il en ressort que ces logiciels devraient représenter un facteur de développement crucial pour la robotique, en accompagnant en particulier la transition des véhicules à guidage automatique (AGV pour Automated Guided Vehicle) vers les robots mobiles autonomes (AMR pour Autonomous Mobile Robot). Selon ABI, ce sont ainsi plus de 15 millions de robots industriels et commerciaux qui devraient disposer de fonctions SLAM à l’horizon 2030.

Le cabinet a identifié plusieurs phénomènes dans le domaine industriel pour expliquer ces prévisions. Il note tout d’abord qu’après s’être équipés d’AGV pour leurs usines et entrepôts depuis de nombreuses années, les industriels introduisent à présent des AMR capables d’optimiser leurs trajets et leurs process, et de réagir à des situations inattendues. Pour coordonner les activités de l’usine et éviter les collisions entre les AGV, les AMR et les humains, un système de localisation en temps réel (RTLS pour Real-Time Location System) de chaque robot doit être mis en place.

« Dans ces premières années de l’Industrie 4.0, peu d’usines disposeront d’un RTLS en place, faisant des logiciels SLAM un équipement essentiel pour permettre aux AMR de cartographier dynamiquement leur environnement proche », explique Andrew Zignani, analyste principal en Technologies de localisation chez ABI Research. M. Zignani précise que les entreprises équipées de RTLS peuvent tout à fait utiliser ces systèmes conjointement avec des logiciels SLAM, afin de fournir encore plus de données de l’IoT exploitables pour l’optimisation de leurs process.

L'étude révèle ensuite que les industriels vont devoir déployer des robots intelligents et facilement reprogrammables pour améliorer leur productivité. Les AMR remplissent ces critères et ABI prévoit ainsi qu’en 2027, ils représenteront 80 % des livraisons de robots. Le cabinet ajoute que dans la prochaine décennie, la plupart des robots industriels seront dotés de fonctions SLAM.

Pour fonctionner sans à-coups et avec précision, les logiciels SLAM reposent sur des algorithmes sophistiqués qui doivent également assurer un traitement efficace des données issues des capteurs et une faible latence. Certains éditeurs, tels que Intermodalics, Kudan et Accuware, ont identifié les opportunités de marché offertes par le développement de ces algorithmes et ont noué des partenariats avec des intégrateurs d’AMR. Pour illustrer ce fait, ABI cite l’exemple de Pick-It d’Intermodalics, une solution de localisation à base de vision 3D qui permet au robot de reconnaître et d’attraper des pièces sur des étagères.

Dernière modification le vendredi, 27 septembre 2019 16:12
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

11/12/2019 - 11/12/2019
Energy Class Factory
28/01/2020 - 30/01/2020
Sepem Industries Rouen

Non classé
Mesure vibratoire de machines tournantes

Quelle que soit la machine : générateur, turbine, compresseur alternatif, diesel ou transmission, les [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jg.canuet@mesures.com - 01.53.90.17.03
DCO
Demande chimique en oxygène. La DCO, contrairement à la DBO, ne s'intéresse qu'aux phénomènes chimiques. La DCO est définie comme étant la quantité d'oxygène équivalente à la quantité de dichromate consommée par les matières lorsqu'on traite un échantillon d'eau avec cet oxydant dans des conditions bien déterminées. La mesure de la DCO consiste à oxyder l'échantillon au dichromate puis à mesurer le dichromate restant.