OnRobot améliore encore la compatibilité de ses outils avec les robots de toute marque

Rédigé par  vendredi, 13 décembre 2019 13:18

Le spécialiste des outils de bout de bras équipe désormais tous ses produits d’une interface mécanique et électrique unique permettant d’accélérer le déploiement de robots collaboratifs de différentes marques.

Le danois OnRobot, fabricant d’outils de bras de robots, poursuit son objectif de simplification des applications de robotique collaborative, en proposant une interface unique pour tous ses outils. Il compte ainsi donner aux industriels l’accès à une large gamme d’outils au travers d’un seul système robotisé, d’une seule plate-forme de programmation et de formation, et en s’adressant à un seul fournisseur.

Après la présentation en avril dernier de son kit de conversion de signaux permettant d’adapter ses préhenseurs aux bras de robots de différentes marques, le fabricant danois transforme l'essai en équipant à présent tous ses produits d’une unique interface mécanique et de communication, basée sur son changeur d’outils, le Quick Changer. Il n’est donc plus nécessaire de débrancher des câbles lors du changement d’outils et les options de communication sont supportées par de nombreux robots. Notons l’existence d’un double changeur d’outils, le Dual Quick Changer, qui intègre les nouvelles fonctionnalités unifiées tout en autorisant l’utilisation de deux outils en un seul cycle.

Pour les bras Universal Robots, OnRobot fournit un logiciel URCap unifié qui permet à tous les outils de fonctionner ensemble. Pour les autres marques de robots, la programmation des outils s’effectue sur une plate-forme unique utilisant des protocoles de bus de terrain standards via un simple câble Ethernet. Une approche plug-and-produce qui devrait faire passer le temps de déploiement d’une application de trois heures à seulement trente minutes, selon OnRobot. D’autre part, pour les robots basés sur des entrées/sorties numériques, la nouvelle solution dispose d’une interface WebLogic donnant aux développeurs l’accès au service WebClient OnRobot, afin de surveiller ou de programmer des robots depuis un téléphone ou tout autre appareil connecté.

En parallèle de ces évolutions vers un système unique, OnRobot continue d’améliorer ses outils de bout de bras. Ce sont ainsi les préhenseurs RG2 et RG6 qui ont été redessinés pour accroître leur solidité et leur sensibilité. Quant aux patins du préhenseur Gecko, ils supportent désormais une charge utile pouvant atteindre 6,5 kg, en fonction du matériau.

Dernière modification le vendredi, 13 décembre 2019 13:18
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans


Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Machines à décaper l’isolantLa technique moderne ne peut pas renoncer aux câbles. Pour pratiquement [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jg.canuet@mesures.com - 01.53.90.17.03
  • Logiciel d'intelligence opérationnelle
 Logiciel d'intelligence opérationnelle

    Siemens a lancé la version 6.0 de son logiciel d’intelligence opérationnelle XHQ, qui devient plus performant et plus convivial.

    Lire la suite >
  • Capteur de proximité
 Capteur de proximité

    Le nouveau TopWorx GO Switch 7LY d'Emerson Electric est un capteur de proximité doté d'un affichage Led lisible au soleil. Supportant une plage de température de -40 à +60 °C et un niveau de protection de IP66/68, il convient ainsi aux environnements difficiles.

    Lire la suite >
  • Sonde de pH sans verre Sonde de pH sans verre
    Endress+Hauser a développé la sonde de pF Memosens CPS77D. Elle se distingue par un nouveau design avec une extrémité biseautée, qui présente une surface de contact plus grande, et une puce Isfet plus grosse, qui assure des mesures plus rapides et la tenue aux nettoyages en place (NEP).
    Lire la suite >
RoHS
Restrictions of the use of certain Hazardous Substances, restrictions sur l’utilisation de certaines substances dangereuses dans les équipements électriques et électroniques. Celles-ci font faire l’objet d’une directive européenne. Il s’agira notamment de limiter l’utilisation du plomb, du cadmium, du mercure, du chrome hexavalent, du PBB et du PBDE. Pour chacune de ces substances, des exceptions sont prévues pour l’application de la directive.