ABB met en œuvre la maintenance prévisionnelle des installations électriques

Rédigé par  vendredi, 10 avril 2020 15:39
Le système Electrical Distribution Control System (EDCS), disponible sur la plate-forme cloud Ability d’ABB, s’enrichit d’une fonction de maintenance prévisionnelle des disjoncteurs et des appareils électriques qu’ils contrôlent.
Le groupe helvético-suédois ABB, présent au niveau mondial dans les domaines de l’énergie et de l’automatisation industrielle, vient de compléter son offre Ability EDCS (Electrical Distribution Control System), en y ajoutant une fonction de maintenance prévisionnelle. Disponible sur la plate-forme cloud Ability du fournisseur, le système EDCS peut ainsi surveiller, optimiser, contrôler et désormais prévoir les opérations de maintenance des installations électriques de l’usine, en se basant sur les conditions réelles d’utilisation.
 
Cet outil de prévention des défaillances vise non seulement à limiter les pertes de production mais également à respecter la législation en matière de santé et de sécurité.
 
Accessible en tout lieu à partir d’une page web, Ability EDCS collecte et analyse les données directement issues du disjoncteur, afin de déterminer des tendances précises de vieillissement mécanique et électrique. Le nombre de manœuvres, les déclenchements de surcharge (L-ANSI 49), les courts-circuits (S-ANSI 51 & 50TD, I-ANSI 50), les défauts de terre (G-ANSI 51N & 50NTD), les erreurs ou dysfonctionnements du déclencheur, ainsi que des facteurs environnementaux tels que la température, l’humidité, la corrosion, le niveau de poussière ou les vibrations, sont pris en compte pour calculer la durée de vie du disjoncteur.
 
L’outil liste également tous les dispositifs surveillés et permet, en cliquant sur un appareil donné, d’obtenir sa courbe de fiabilité retraçant l’historique de ses évolutions. Enfin, l’apparition d’un événement pouvant influer sur la prochaine date de maintenance, déclenche l’envoi d’une notification.
 
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

16/06/2020 - 17/06/2020
Journées de la mesure 2020
23/06/2020 - 26/06/2020
SITL

Capteurs et transmetteurs
Transmetteur 8 voies Liquiline CM448 | Endress+Hauser

Le Liquiline CM448 est un transmetteur multiparamètre numérique pour la surveillance et le contrôle [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
Ko
Kilo-octets. Un octet est égal à 8 bits. Le bit est un élément binaire, qui peut prendre deux états (0 ou 1). Les termes de Kilo et Méga utilisés dans le système binaire ne doivent pas être confondus avec ceux utilisés dans le système décimal.
Dans le système décimal, 1 kilo est égal à 1000 et 1 méga est égal à 1000 kilos soit 1 million. Pour mieux fixer les idées sur la taille d’une mémoire, on a décidé de transposer dans l’univers binaire ces notions de kilo et méga (en mettant une majuscule, pour faire la différence). Le point de départ a été 1 Ko : le nombre binaire qui était le plus proche du kilo “décimal” était 1024 (2 puissance 10, donc 210).
Tout part de là. Par exemple, 64 Ko est égal à 64x1024 octets, soit 65536 octets (on s’éloigne du 64 kilos décimal), 128 Ko est égal à 131072octets (on est loin du 128 kilos décimal), etc. Un Mo représente 1024x1024 octets soit 1 048 576 octets. Un Go représente 1024x1024x1024 octets, soit 1073741834 octets. En résumé, les Kilos, Mégas, Giga (et même Téras) binaires sont, pour les deux premiers chiffres, du même ordre de grandeur que les kilos, mégas, gigas et téras décimaux.