Servomoteurs 100 W à 3 kW

Rédigé par  jeudi, 23 mars 2017 11:44

La nouvelle série de servomoteurs 1S d'Omron dispose de fonctionnalités permettant aux fabricants de machines d’optimiser chaque étape de leur utilisation, de la conception à la production.

# Puissance : 100 W à 3 kW
# Codeur 23 bits multi-tours sans engrenage ni batterie
# Réglages et paramétrages sauvegardés dans le contrôleur, ré-injectables lors du remplacement
# Fonctions de sécurité STO (Safe Torque Off) gérées par le contrôleur de sécurité ou le réseau EtherCAT
# Gestion de FSoE (Fail Safe over EtherCAT) : échange de données relatives à la sécurité

Omron France
https://industrial.omron.fr

Dernière modification le jeudi, 23 mars 2017 11:44
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Non classé
Mesure vibratoire de machines tournantes

Quelle que soit la machine : générateur, turbine, compresseur alternatif, diesel ou transmission, les [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
In situ

Le test in-situ d’une carte électronique consiste à tester individuellement les composants qu’elle comporte ainsi que la qualité des connexions. L’accès électrique aux différents points de la carte s’effectue à l’aide d’une planche à clous. Le test in-situ permet de mettre immédiatement en évidence un composant défaillant. Lors du test, seul le composant ou la zone sous test est mise sous tension.
Sur les cartes les plus denses, l’accès aux points de la carte est de plus en plus difficile. Ceci a conduit les fabricants de testeurs de cartes à développer des techniques de contrôle optique (AOI) ou à rayons X. Mais, bien évidemment, on se limite ici à des contrôles d’aspects (de qualité des soudures, de marquage des composants, etc.) et on n’atteint pas la qualité d’un test électrique.
Le test in-situ est en général complété par un test fonctionnel, qui permet de s’assurer du bon fonctionnement de la carte. Dans certaines productions bien rodées, on se contente d'un test fonctionnel rapide, de type "go-no go", et on pratique éventuellement un test in-situ sur les cartes qui n'ont pas passé le test go-no go, afin de localiser le défaut et réparer la carte.