Alimentations : Cosel met la main sur Powerbox

Rédigé par  jeudi, 28 juin 2018 10:29
De gauche à droite : Martin Sjöstrand, CEO de Powerbox, et Masato Tanikawa, président et CEO de Cosel. De gauche à droite : Martin Sjöstrand, CEO de Powerbox, et Masato Tanikawa, président et CEO de Cosel.

Avec le rachat du fabricant suédois, le japonais se renforce à l’international et complète son offre avec des alimentations standard et semi-standard.

Le japonais Cosel, l’un des principaux fabricants mondiaux d’alimentations AC/DC, de convertisseurs DC/DC et de filtres EMI, vient d’annoncer l’acquisition du suédois Powerbox, spécialisé dans les alimentations standard, semi-standard et personnalisées pour les secteurs de l'industrie, du médical, du transport et de la défense, pour un montant non dévoilé.

Le suédois, qui emploie 120 personnes pour un chiffre d'affaires consolidé supérieur à 40 millions d'euros, dispose de centres de conception en Suède, en Allemagne et aux Pays-Bas, ainsi que des bureaux de vente en Europe, aux États-Unis, en Chine et en Australie.

« Étant devenu le premier fabricant d'alimentations industrielles au Japon, notre vision est de nous étendre à l'international et d’accéder à de nouveaux marchés et clients. Avec une demande croissante et changeante, la capacité d'offrir une gamme encore plus large d'alimentations standard et semi-standard nous rapproche des solutions dont nos clients ont besoin », explique Masato Tanikawa, président et CEO de Cosel.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Machines à décaper l’isolantLa technique moderne ne peut pas renoncer aux câbles. Pour pratiquement [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Freeware
Freeware est la contraction de “free software” et signifie “logiciel libre de droit”, c’est-à-dire gratuit. Les logiciels libres ne sont en général pas proposés avec le code source et ils ne peuvent donc pas être modifiés.
Il ne faut pas confondre freeware et “open source” (ici, le code source est accessible à tous).