Modules pour la robotique

Rédigé par  mercredi, 10 octobre 2018 17:00


Pilz étend sa gamme de modules pour la robotique, où l'on trouve le manipulateur PSIR, le système de commande PRCM et l'interface PRTM. Ils visent les applications pick & place ou les petites cellules robotisées.


# Capacité de charge : 6 kg

# 6 axes

# Masse : 20 kg

# Protocole de communication : CANopen, EtherCAT ou Profibus

# Programmation : langages API (selon CEI 61131-3), framework ROS (Robot Operating System)

# Interface graphique : sélection du mode de fonctionnement, d’arrêt d’urgence et de diagnostic

# Tension d'alimentation : 24 V DC



Pilz
 France
www.pilz-france.fr

Dernière modification le mercredi, 10 octobre 2018 17:00
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/05/2020 - 28/05/2020
Carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire (CFIA)
09/06/2020 - 11/06/2020
Sepem Industries Colmar
23/06/2020 - 26/06/2020
Global Industrie
23/06/2020 - 26/06/2020
SITL
24/06/2020 - 25/06/2020
Analyse industrielle

Mesure physique, analyse chimique
Experts en analyses physico-chimiques

Avec plus de 35 ans d'expérience en analyse physico-chimique et une présence dans le monde entier, [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
  • Balances étiqueteuses pour le comptage Balances étiqueteuses pour le comptage
    Les séries BCT et BKT introduites par Adam Equipment sont deux gammes de respectivement six et onze balances de table et au sol, associées à l’indicateur AE 504 ou AE 503, pour le comptage d’objets de toutes tailles.
    Lire la suite >
  • Contrôleur avec IHM Contrôleur avec IHM
    
Le Power Panel C50 de B&R Automation (groupe ABB) est un contrôleur doté d'un écran tactile. Modules d'entrées/sorties (E/S), axes, et composants de sécurité s'y connectent directement.
    Lire la suite >
  • Contrôleur d’écart IO-Link Contrôleur d’écart IO-Link
    L’ISA3-L, qu’a introduit SMC, est un contrôleur d’écart permettant de mesurer les pressions d’entrée et de sortie, pour la détection de pièces, les informations étant fournies en tant que valeurs de process.
    Lire la suite >
Arbre de défaillance
Les arbres de défaillance constituent une technique très répandue pour étudier la sûreté de fonctionnement (fiabilité, sécurité) des systèmes. Ils ont été inventés par Watson (Bell Telephone Company) en 1962. Basé sur l’utilisation d’opérateurs ET et OU, un arbre de défaillance représente un mode de défaillance d’un système en fonction des modes de défaillance de ses sous-systèmes. L’arbre de défaillance est souvent utilisé en conception pour identifier les causes multiples d’événements redoutés. Il s’agit d’une méthode déductive et statique.
La construction repose sur la décomposition de l'événement indésirable (défaillance) en événements intermédiaires qui l'explicitent sous forme de causes immédiates. Ces dernières sont à leur tour décomposées en d'autres causes, et ainsi de suite jusqu'à ce que toute nouvelle décomposition soit devenue impossible ou jugée inutile.
Lorsque les éléments de base sont identifiés, on procède à la deuxième étape, l'estimation. L'estimation finale de la probabilité qu'un événement indésirable se produise, doit tenir compte de l'ensemble des probabilités et/ou fréquences de défaillance associées aux événements intermédiaires.
L'utilisation de l'arbre de défaillance nécessite d’avoir une bonne connaissance du système étudié. Une méthode d'identification des dangers comme l'AMDE (voir ce terme) peut apporter la connaissance nécessaire.