Bürkert France a fêté ses 50 ans

Rédigé par  mercredi, 12 juillet 2017 16:37
De gauche à droite : Heribert Rohrbeck, directeur général du groupe Bürkert, et Patrick Reimeringer, directeur général de Bürkert France. De gauche à droite : Heribert Rohrbeck, directeur général du groupe Bürkert, et Patrick Reimeringer, directeur général de Bürkert France. Cédric Lardière

La filiale du spécialiste allemand des solutions de régulation des fluides a réuni ses employés, des représentants de la direction et des partenaires pour célébrer l’événement.

C’est en présence de Heribert Rohrbeck, directeur général du groupe Bürkert, de Patrick Reimeringer, directeur général de Bürkert France, de représentants de la famille, d’élus locaux, d’employés, de partenaires et de la presse que la filiale française de l’allemand Bürkert, fabricant spécialisé dans la régulation des fluides, a célébré son 50e anniversaire le 23 juin dernier.

De nombreux employés avaient d’ailleurs été mis à contribution, au travers de démonstrations, de la visite des zones de production et de la salle blanche, tout comme certains partenaires (AFPI/CFAI, Alsace Innovation, CCI Alsace Eurométropole, ENGEES, École d’ingénieurs Télécom Physique Strasbourg, INSA Strasbourg, Lacroix Electronics, NQT, SDEA, UIMM…) réunis dans une petite zone d’exposition.

A l’origine site de production de régulateurs à mazout, Bürkert France s’est par la suite spécialisé dans la fabrication de vannes, d’électrovannes et de vérins. « Entre les années 1990 et 2000, nous sommes progressivement passés à la fabrication de capteurs, et nous sommes devenus le centre de compétences pour les capteurs au niveau groupe », rappelle Patrick Reimeringer.

Depuis dix ans, la société a lancé un grand programme d’innovations, soutenu par plusieurs millions d’euros d’investissement et qui s’est traduit par le développement de la technologie Mems pour l’analyse en ligne ou la technologie des ondes acoustiques de surface (Surface Acoustic Waves ou SAW) pour la mesure de débit.

Aujourd’hui, le site de Triembach-au-Val (Bas-Rhin) emploie environ 220 personnes, dont 170 pour la production et les autres pour la vente en France, et réalise en 2017 un chiffre d’affaires de 34/35 M€ pour le site de production et de 22 M€ pour la filiale commerciale.

Dernière modification le mercredi, 12 juillet 2017 16:39
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Mesure mécanique, vision et CND
Analyseurs de bruit et vibration

Les analyseurs OROS permettent de mesurer et d'analyser de 2 à + de 1000 voies.Conçus pour de l’analyse [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.