ABB concourt à l’efficacité énergétique des bâtiments

Rédigé par  jeudi, 04 mai 2017 17:44

Le groupe helvético-suédois lance LEO, un outil de visualisation et de comparaison d’indicateurs permettant la prise de décision rapide en matière de politique énergétique dans les bâtiments automatisés.

ABB, spécialiste de l’énergie et des automatismes, propose le nouveau tableau de bord LEO (Local Energy Optimiser) qui offre un affichage dynamique de nombreux indicateurs dont les coefficients de la réglementation thermique 2012 (RT2012), apportant aux bailleurs d’un bâtiment une aide à la prise de décision pour améliorer l’efficacité de leur politique énergétique. Cet outil au format HTML est intégré à doCONTROL, un logiciel de supervision de l’automatisation des bâtiments développé par le toulousain Newron System, entré dans le giron d’ABB en 2013.

En pratique, LEO analyse les données à la volée et calcule les indicateurs pertinents qui s’affichent instantanément dans divers tableaux de bord livrés par défaut. Suite à un paramétrage simplifié, les coefficients RT2012 sont générés en fonction de la région, de l’altitude, de l’énergie, de la classe CE1 ou CE2, etc.

Autre intérêt majeur, LEO supporte les analyses de sous-comptage pour fournir des informations personnalisées aux différents preneurs ou locataires de l’immeuble. Chaque compteur est ainsi lié à une énergie (eau, gaz, électricité, éolien), ventilé par lieu (étage, plateau informatique, zone, quartier) et par application (chaud, froid, prises, éclairage). Des indicateurs croisés sont alors calculés et affichés seuls ou en comparaison sur des périodes définies, déterminant par exemple quelle application consomme le plus selon les étages. D’autre part, un algorithme prédictif permet d’estimer une consommation en fonction de celle relevée sur une période précédente. Pour finir, on notera la compatibilité de tous les logiciels de la solution, qui assure la prise en compte automatique des modifications effectuées sur le cloisonnement d’un bâtiment.

Dernière modification le jeudi, 04 mai 2017 17:44
Plus dans cette catégorie : « Logiciel de MES et de supervision
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Capteurs et transmetteurs
Transmetteur 8 voies Liquiline CM448 | Endress+Hauser

Le Liquiline CM448 est un transmetteur multiparamètre numérique pour la surveillance et le contrôle [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.