Sappel fête ses 100 ans et plein de compteurs d'eau

Tout cela est donc le fruit de cent années de travail. En 1906, la société est fondée par un comte russe, Salomon Ostrovsky, sous le nom curieux de “Paris ignicole”. En 1936, elle est rachetée par une société suisse de compteurs d’eau et devient la Société d’APPlications ELectriques (Sappel). Elle installe son siège en 1974 à Saint-Louis (68) en Alsace. Elle passe dans le giron de la Société Générale des Eaux en 1982, puis en 1998, dans celui du groupe allemand Hydrometer. Ce dernier est lui même intégré au groupe Diehl en 2003 (société familiale allemande qui représente plus de 10.600 salariés et un chiffre d’affaires annuel de 1,7 milliards d’euros. Elle comprend différents activités dans les domaines de l’avionique, du métal, de l’électronique et du comptage.. ) Aujourd’hui, Sappel est donc une filiale d’Hydrometer (150 millions d'euros de chiffre d'affaires) qui produit chaque année 3 millions de compteurs d’eau et 150.000 compteurs d’énergie thermique.
Sappel, quant à elle, emploie 170 personnes et engendre un chiffre d’affaires de 30 millions d’euros. La société est experte dans le domaine du comptage de l’eau, des liquides industriels et de l’énergie thermique. Elle est notamment spécialisée dans la fabrication de compteurs utilisant les technologies “Jet unique” (gamme Aquila) ou compteurs volumétriques (gamme Altaïr). Depuis une dizaine d’années, Sappel développe également des systèmes de relevés à distance. Depuis 1996, elle a ainsi vendu plus de 800.000 modules radio de télé relevé (Gamma Izar). Avec le souci d’économiser l’eau et les énergies sous toutes leurs formes, les dirigeants de l’entreprise estiment que le développement durable consituera un nouveau relais pour poursuivre la croissance. (Juin 2006)
Dernière modification le jeudi, 06 juillet 2006 02:00
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

20/11/2018 - 21/11/2018
Be 4.0
27/11/2018 - 27/11/2018
Automation Class Factory

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Machines à décaper l’isolantLa technique moderne ne peut pas renoncer aux câbles. Pour pratiquement [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
RAID

Redundant Array of Independent Disks, batterie redondante de disques durs indépendants. A la fin des années 1980, RAID signifiait “Redundant Array of Inexpensive Disks”, c’est-à-dire batterie redondante de disques économiques. C’était à l’époque où les gros disques d’ordinateurs étaient onéreux. Les temps ont changé et c’est la raison pour laquelle le terme Inexpensive a été remplacé par Independant. Le but des RAID est d’augmenter la performance ou de fournir une tolérance aux pannes. Développé à l’origine pour les systèmes de stockage, les Raid ont vu leurs applications s’élargir et sont désormais présents sur les PC. Le concept Raid peut être mis en œuvre avec un disque unique et à l’aide d’un logiciel spécialisé, mais les performances sont moindres qu’avec des Raid multi-disques, surtout lorsqu’il s’agit de restituer les données après une défaillance.
Raid améliore les performances des disques en interpénétrant les octets ou les groupes d’octets à travers plusieurs disques, de sorte qu’au moins deux disques sont en train de lire et d’écrire simultanément. La tolérance aux pannes est réalisée en utilisant la technique du disque miroir (duplication totale des données) comme dans RAID 1 ou en utilisant les bits de parité comme dans RAID 3 et RAID 5. Les bits de parité sont calculés en prenant un bit du disque 1 et en le combinant (fonction OU exclusif) avec un bit du disque 2, et en stockant le résultat sur le disque 3. Un disque défaillant peut être remplacé à chaud par un autre, le contrôleur RAID se charge de reconstituer les données perdues.

  • RAID 0. Les données sont réparties sur plusieurs disques de façon à améliorer la performance. Il n’y a pas de protection contre les pannes.
  • RAID 1. Les données sont toutes écrites en miroir sur deux disques distincts. Solution qui offre la meilleure fiabilité mais double le coût du stockage.
  • RAID 2. Les bits (plutôt que des octets ou des groupes d’octets) sont répartis sur plusieurs disques.
  • RAID 3. Les données sont réparties sur trois ou davantage de disques. Tous les disques travaillent en parallèle, ce qui assure une vitesse de transfert très élevée. Les bits de parité de parité permettent de reconstituer les données en cas de panne de l'un des disques physiques.
  • RAID 4. Similaire au Raid 3 mais chaque disque est géré indépendamment. Peu utilisé.
  • RAID 5. Le plus largement utilisé. Les données sont réparties sur trois ou davantage de disques afin d’augmenter les performances, et les bits de parité sont utilisés pour la tolérance aux pannes. Les bits de parité permettent de reconstituer les données en cas de panne de l'un des disques physiques.
  • RAID 6. Le plus fiable mais il est peu utilisé. Similaire à RAID 5, mais ici le contrôleur effectue les calculs de deux bits de parité différents, ou le même calcul sur deux sous-ensembles de données qui se chevauchent.
  • RAID 10. Combinaison de RAID 1 et RAID 0. RAID 0 est utilisé pour la performance et RAID 1 est utilisé pour la tolérance aux pannes.