Le générateur de signaux 6 GHz modèle 3416 de Aeroflex s'adresse à l'ensemble des applications RF, mais plus particulièrement au test des réseaux locaux sans fil.
· Gamme de fréquences : 250 kHz à 6 GHz
· Gamme ±300 mV, résolution de 100 µV
· Précision (en onde continue) : inférieure à ±2  % +3,3 mV
· Commutation "fréquence" et "niveau" en moins de 5 ms
· Atténuateur électronique de –140 à +16 dBm
· Linéarité de –70dBc ACP en mode 3 GGP/WCDMA
· Sorties I&Q différentielles permettant la génération de signaux bande de base, requis aujourd'hui sur la plupart des circuits intégrés ou modules RF. Possibilité de régler la tension de polarisation jusqu'à ±3 V, indépendamment sur chacune des voies I et Q
· Option RTBB (Bande de Base Temps Réel) permettant la génération de signaux de modulation I&Q directement à partir de données numériques série ou parallèles 
· Interfaces RS232, GPIB et Ethernet
Dernière modification le mercredi, 20 juillet 2005 00:00
Connectez-vous pour commenter
07/10/2014 - 10/10/2014
Congrès-exposition de la SIM
07/10/2014 - 07/10/2014
Journée technique CFM
07/10/2014 - 09/10/2014
Préventica
14/10/2014 - 16/10/2014
27e Congrès A3P
14/10/2014 - 14/10/2014
Colloque ATEE
14/10/2014 - 16/10/2014
World Nuclear Exhibition 2014
21/10/2014 - 21/10/2014
Journée technique CFM
28/10/2014 - 29/10/2014
Offshore Energy 2014
  • Redoublez de précautions avec les détecteurs de HF ! Redoublez de précautions avec les détecteurs de HF !
    Le fluorure d'hydrogène (HF) est un gaz à surveiller comme le lait sur le feu à plus d'un titre. Il s'agit d'un gaz très corrosif et très toxique –sa valeur limite d'exposition ( VLE) n'est que de 3ppm–, son utilisation est répandue dans les industries. La détection du HF a donc un rôle important à jouer dans les mesures de maîtrise…
    Lire la suite >
Ecart-type
Lorsque l’on fait des mesures sur des produits sur une chaîne de production (ou en contrôle qualité), il est facile d’établir la valeur moyenne. Mais un paramètre plus intéressant, c’est la dispersion des valeurs mesurées par rapport à cette valeur moyenne. Pour caractériser cette dispersion, on a défini la variance et l’écart-type.
La variance consiste à prendre l’écart de chaque valeur par rapport à la valeur moyenne, d’élever chacun de ces écarts au carré, d’en faire la somme et de diviser le tout par le nombre de mesures.
L’écart-type, souvent noté “sigma” (s), est la racine carrée de la variance.
Un faible écart type signifie que les valeurs sont peu dispersées autour de la moyenne. C’est habituellement ce que l’on recherche, de façon à limiter le nombre de pièces qui sont hors tolérances.
Lorsque le processus de fabrication obéit à une loi de Gauss (ou loi “normale”), il suffit de connaître la valeur moyenne (m) et l’écart-type (s) pour complètement définir la courbe de Gauss. Dans ces conditions, 68,26 % des valeurs mesurées se trouvent dans l’intervalle “moyenne moins un écart-type” (m-s) et moyenne plus un écart-type” (m+s). 95,44 % des valeurs mesurées se situent dans l’intervalle compris entre m-2s et m+2s. Toujours pour une distribution normale, 99,73% des valeurs mesurées se trouvent dans l’intervalle compris entre m-3s et m+3s.