Les lauréats du 16ème Palmarès technologique de Mesures

Chaque année au mois de juin, Mesures organise son Palmarès Technologique. C’est l’occasion pour la rédaction du magazine de passer en revue tous les produits qui lui ont été présentés ou qu’elle a découvert au cours de l’année écoulée et de récompenser les instruments et les solutions les plus innovants dans dix catégories. Dix lauréats et dix mentions spéciales figurent au tableau d’honneur.


1- Instrumentation électronique
Lauréat :
les oscilloscopes WaveRunner HRO 6Zi de Lecroy
Mention spéciale : Les oscilloscopes portables Scopemeter 190 série II de Fluke 

2- Réseaux industriels
Lauréat :
la technologie Turbo Chain de Moxa
Mention spéciale : le boîtier de communication MT-723 étanche d’Inventia distribué en France par 2AR-Groupe

3- Automatismes
Lauréat :
l’enregistreur/régulateur Nanodac d’Invensys Eurotherm
Mention spéciale : la plate-forme Machinestruxture de Schneider Electric

4- Informatique industrielle
Lauréat :
la plateforme iDigi de Digi International pour le développement d’application M2M via le Cloud Computing
Mention spéciale : Tablette PC industrielle J3500 de Motion Computing

5- Instrumentation de process 
Lauréat :
les débitmètres qui se connectent à Ethernet d’Endress+Hauser développés en partenariat avec Rockwell Automation
Mention spéciale : le transmetteur de niveau radar LR560 de Siemens

6- Identification automatique
Lauréat :
le lecteur de codes 1D et 2D DataMan 500 de Cognex
Mention spéciale : Le système de codage par bulles d’air de Prooftag

7- Contrôle sans contact
Lauréat :
l’instrument de mesure 2D de la série IM de Keyence
Mention spéciale : la caméra quadrilinéaire couleur à prisme LQ-200 CL de Jai et commercialisée par Stemmer Imaging

 8- Mesures mécaniques
Lauréat :
le système de contrôle 3D Equator de Renishaw 
Mention spéciale : Le rugosimètre portable MarSurf M 400 de Mahr

 

9- Mesures physiques
Lauréat :
les capteurs pour ponts-bascules PowerCell PDX de Mettler-Toledo
Mention spéciale : l’œil électronique Iris Visual Analyzer d’Alpha Mos 

 

10- Analyse industrielle
Lauréat :
l’analyseur de traces de gaz QCNOSE d’Aerovia
Mention spéciale : l’analyseur portable LaserGas III de Neo Monitors (distribué par Sistec)

 

 

### Découvrir le dossier complet publié dans la revue de juin 2011 ###

 

 

- 24 juin 2011 -


 

 

Dernière modification le vendredi, 24 juin 2011 02:00
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Découvrir Recevoir un n° Feuilleter S'abonner
06/12/2016 - 09/12/2016
Midest
06/12/2016 - 09/12/2016
Smart Industries

Capteurs et transmetteurs
Détecteur de niveau à lames vibrantes Liquiphant

Le Liquiphant FTL31 est un détecteur de niveau pour les liquides. Le FTL31 est conçu pour les applications [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Bluetooth
Nom de code correspondant à une technologie de transmission radiofréquence (2,45 GHz) dédiée aux objets portables (téléphones, assistants personnels, notebooks, PC portables, équipements embarqués etc.). Cette technologie (issue d’un projet initié par Ericsson, IBM, Intel, Nokia et Toshiba) offre un débit brut de 1 Mbit/s avec une portée de 10 mètres (100 mètres avec amplification). Elle se caractérise par une grande robustesse et des moyens de transmission sécurisés qui permettent des échanges transparents de données entre divers équipements (synchronisation d’agendas ou de carnets d’adresses, par exemple). (Définition Electronique International Hebdo)
Bluetooth a été normalisé par l’IEEE sous la référence 802.15.1. Une version plus performante (55 Mbit/s à 100 m) vient d’être adoptée sous la référence 802.15.3
Pour la petite histoire, on rappellera que Bluetooth vient du roi viking Harald Blaatönn qui, en s’appuyant sur sa conversion au christianisme, réussit en 985 à unifier le Danemark. Bluetooth a aussi une vocation d’unification, puisqu’il s’agit d’une norme soutenue d’emblée par plusieurs fournisseurs. Dans la littérature, on lit souvent qu’en langage viking, “Blaatönn” signifie “dent bleue”. C’est une idée fausse, “Blaatönn” signifie “teint foncé” et si le terme Bluetooth a été choisi, c’est pour sa ressemblance phonétique avec “Blaatönn” et pour rendre hommage à sa volonté d’unification. Cela dit, Harald Blaatönn n’a pas eu une fin très heureuse puisqu’il a été rejeté et est mort en exil.