Bureau Veritas Laboratoires accrédité Nadcap pour les essais métallurgiques

Bureau Veritas Laboratoires a obtenu l’accréditation Nadcap pour le périmètre MTL (Materials Testing Laboratory). Cette reconnaissance concerne les analyses chimiques, la métallographie et les microduretés, les essais mécaniques et les duretés. La société, filiale à 100% de Bureau Veritas, renforce ainsi son positionnement sur les marchés aéronautiques. Ses laboratoires réalisent en effet des essais, analyses et expertises sur les matériaux métalliques, polymères et composites des fabricants et sous-traitants aéronautiques. Cette annonce est certainement le début d'une longue série. Bureau Veritas Laboratoires compte en effet poursuivre sur sa lancée. Il a pour objectif à court terme de développer ses accréditations aéronautiques pour les matériaux métalliques, ainsi que pour les composites.
Pour rappel, l’accréditation Nadcap est délivrée par le PRI (Performance Review Institute), qui rassemble les plus grands acteurs de l’aéronautique.
- 15 février 2012 -
Dernière modification le mercredi, 15 février 2012 00:00
Connectez-vous pour commenter
16/09/2014 - 18/09/2014
enova Paris
23/09/2014 - 23/09/2014
Journée technique CFM
23/09/2014 - 23/09/2014
Journée technique Exera
23/09/2014 - 26/09/2014
Micronora
  • Ethernet Industriel : Le Paysage S'éclaircit Ethernet Industriel : Le Paysage S'éclaircit
    Pour assurer ces fonctionnalités déterministes, temps réel et temps réel critique, les acteurs du secteur des automatismes ont personnalisé les différentes couches d'Ethernet. Cette particularité a alors suscité l'émergence d'une trentaine de protocoles concurrents. Cependant, de cette foule de standards, ressortent 5 principales solutions temps réel: en particulier, EtherNet/IP, Profinet, Powerlink et EtherCAT tirent leur épingle du jeu.
    Lire la suite >
OTDM
Optical Time Division Multiplexing. Dans la technique OTDM, l’émetteur à D bit/s est constitué par N sources optiques en parallèle modulées au débit de D/N bit/s dans des modulateurs dont les signaux de sortie sont multiplexés optiquement. Cette technique nécessite que les impulsions optiques soient de type RZ de durée inférieure à T/N (T étant le temps séparant deux impulsions), afin que le multiplexage puisse se faire sans recouvrement. Par exemple, on obtiendra un signal modulé à 160 Gbit/s par multiplexage des sorties de quatre modulateurs optiques attaqués par des trains à 40 Gbit/s. (Définition Electronique International Hebdo)