Imagerie acoustique: <br>La localisation de sources sonores, c’est facile et rapide

Le système d’imagerie acoustique ACVS100 qu’introduit ACB Engineering fonctionne comme une caméra vidéo. Simple et rapide à installer, il offre une visualisation instantanée des sources sonores.

D’où vient le bruit? C’est la première question que l’on se pose lorsqu’on veut réduire les nuisances sonores provenant d’une installation ou améliorer l’acoustique d’un appareil. Les outils de localisation des sources sonores sont le plus souvent basés sur des méthodes d’imagerie acoustique. Ces systèmes sont efficaces, mais souvent lourds à mettre en œuvre. Il faut installer une antenne dans une position et à une distance spécifiques, prendre une sorte de “photo” de la scène et la superposer aux mesures acoustiques… Avec l’ACVS100, ACB Engineering révolutionne ce procédé. Premier intérêt de l’appareil, sa portabilité. Contrairement à la plupart des outils présents sur le marché, qui sont constitués d’une antenne et d’un PC, l’appareil comprend une petite antenne embarquant une poignée et un écran tactile. L’ensemble pèse moins de 3 kg. Il peut donc être porté “à bout de bras” pour s’approcher (ou s’éloigner) de la cible en fonction des besoins.
Autre avantage, la simplicité de mise en œuvre. Entre 0,5 et 5 mètres, la distance entre l’antenne et la source est mesurée de manière automatique. Il n’y a plus qu’à appuyer sur un bouton pour obtenir, à l’écran, une superposition entre l’image acoustique et la scène réelle. Enfin l’appareil offre la possibilité de visualiser “en temps réel” l’évolution des phénomènes acoustiques. « Avec une vitesse de rafraîchissement de 15 images acoustiques par seconde, il fonctionne pratiquement comme une caméra vidéo », indique Vincent Benoît, directeur de la société. Il est aussi possible de “figer” une image. Les films et les images peuvent ensuite être sauvegardés sur une clé USB. Pour visualiser des événements furtifs, par exemple, il est toujours possible de revenir à un mode d’enregistrement de données plus “classique”, sans imagerie. Grâce à un logiciel spécifique, on peut alors dépouiller tous les résultats.
Rien n’empêche de réaliser des mesures à grande distance, mais il y a bien sûr un compromis à trouver. Plus on s’éloigne, plus il est difficile de séparer correctement les sources. Par ailleurs, au-delà de 5 mètres, la superposition entre la scène et les images acoustiques est manuelle.
Pour réaliser des mesures dans un endroit difficile d’accès ou présentant un danger, l’appareil peut être relié à une télécommande sans fil.

Dernière modification le mardi, 24 juin 2008 14:47
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Inventé par Dr. Fritz Faulhaber père et breveté en 1958, la bobine á bobinage oblique de FAULHABER [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
FFT
Fast Fourier Transform, transformée de Fourier rapide. On sait depuis longtemps réaliser des transformées de Fourier d’un signal, à l’aide d’électroniques analogiques (mises en œuvre notamment dans les analyseurs de spectres). Lorsque les électroniques numériques sont apparues, on a naturellement cherché à calculer numériquement la transformée de Fourier des signaux. Mais ces calculs étaient longs, jusqu’à ce qu’apparaisse un nouvel algorithme qui a permis de fortement réduire le temps de calcul. Cet algorithme a été baptisé “fast” (rapide, en anglais). Et c’est ainsi qu’est apparu le terme FFT. Aujourd’hui, quand on parle d’un analyseur FFT, il s’agit d’un appareil qui assure une fonction d’analyse spectrale et qui calcule numériquement le spectre.
Ceci étant, malgré les progrès accomplis par les calculateurs, les analyseurs FFT restent relativement lents et sont réservés à l’analyse de signaux acoustiques, de vibrations ou à l’analyse d’asservissements (quelques centaines de kHz tout au plus). Quand on dit qu’un analyseur FFT est “temps réel jusqu’à 20 kHz”, cela signifie qu’il va calculer le spectre d’un signal jusqu’à 20 kHz, sans perdre aucune information sur le signal d’entrée. L’analyseur peut calculer les raies spectrales supérieures à cette fréquence, mais il perd alors la notion de “temps réel” : autrement dit, le temps de calcul est trop long pour pouvoir prendre en compte la totalité des échantillons du signal et des portions de ce signal sont perdues.