Diverses études prédisent un bel avenir au M2M

A l’occasion de la prochaine édition du salon Machine to Machine qui se tiendra les 10 et 11 avril à Paris, les organisateurs font le point des différentes études réalisées sur le sujet. Ces études ne portent pas sur les mêmes périmètres (marché, solutions, secteurs d’activité) mais elles confirment que les technologies de communication de machine à machine (M2M) disposent d’un fort potentiel de développement.


Selon le cabinet Machina Research le marché du M2M pourrait peser 714 milliards d'euros en 2020, incluant les équipements et la connectivité, contre 91 milliards en 2010. Rien que pour la connectivité, selon ABI Research, les recettes annuelles des opérateurs de réseaux pour mobiles tirées du M2M devraient atteindre 26 milliards d'euros en 2016.


L’Idate publie une étude fournissant une analyse détaillée du marché du M2M par satellite qui, s’il est en croissance, reste extrêmement faible par rapport à celui des systèmes de communication cellulaires. Il représenterait de l’ordre de 2 % du marché total en volume et 6 % en valeur en 2011.  « Tandis que ce marché s’est jusqu’à présent principalement développé grâce à des secteurs comme la gestion de flotte ou la sécurité maritime, de nouveaux marchés sont apparus ces dernières années, notamment dans le domaine énergétique mais aussi dans le domaine gouvernemental/militaire », indique Maxime Baudry, chef de projet de cette étude. Ce marché de niche disposerait donc d’un potentiel de croissance.
Au cours des prochaines années, le marché du M2M sera tiré par trois secteurs verticaux : l'automobile, l'électronique grand public et les services publics. « Nous prévoyons par exemple une croissance moyenne de 40% (en volume) jusqu'en 2016 pour l'industrie automobile, explique Samuel Ropert, consultant à l'Idate. En parallèle, l'industrie de l'électronique grand public devrait progresser de 15% et représenter, en 2016, environ un tiers du volume des modules M2M pour l'industrie automobile. »
En attendant, cette année, 140 millions de modules M2M seront vendus aux différents secteurs pour un total de 22 milliards d'euros. Soit une croissance de 14% en valeur et de 36% en volume. Pour les années à venir, l'Idate prévoit une croissance de 30% en volume en 2015, ce qui représente 370 millions de modules. L'Europe, principal marché du M2M cette année avec près de 7 milliards d'euros de chiffre d'affaires, devrait conserver cette position au moins jusqu'en 2015, date où il pèsera plus de 10 milliards d'euros.


Le marché des connexions cellulaires M2M devrait à l’échelle mondiale passer de 107 millions de connexions en 2011 à 326 millions en 2016, selon une étude IMS Research qui évalue entre 10% et 30% la valeur de la gestion de la connectivité dans l’ensemble de la chaîne de valeurs du M2M. Les opérateurs auront tout intérêt à étendre cette valeur en apportant des services à valeur ajoutée en direction des développeurs et des utilisateurs finaux, notamment en passant des partenariats avec fournisseurs de services applicatifs.
Parallèlement selon Global Information Inc (GII), le marché des communications M2M dans les bâtiments intelligents va croître de 17% entre 2011 et 2012 et passer de 52 milliards de dollars en 2011 à 214 milliards de dollars en 2020.
L’application « sécurité » génèrera  60% du chiffre d'affaires d'ici à 2020. L’application « automatisation du bâtiment », va croître pour atteindre 63 milliards de dollars en 2020. Le marché de la connectivité M2M dans le secteur de villes intelligentes devrait atteindre 19 milliards de dollars en 2020. Quant au marché  des services M2M, celui-ci connaîtra une croissance massive dans les prochaines années et passera de 140 millions de connexions à la fin de 2011 à 1,5 milliard en 2020. 
- 18 février 2013 -

 

Dernière modification le lundi, 18 février 2013 01:00
Connectez-vous pour commenter
Pas d'événement

Capteurs et transmetteurs
iTHERM TM411 | Endress+Hauser

Cette thermorésistance iTHERM a été conçue pour répondre aux exigences de l'agroalimentaire et des [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Thermostats et cryothermostats Thermostats et cryothermostats
    Pour les 10 ans de la série Proline, Lauda a lancé une version plus optimisée encore des thermostats et cryothermostats (Proline Edition X). Elle intègre en série la télécommande amovible Command, le logiciel Wintherm Plus et une garantie étendue à 36 mois.
    Lire la suite >
  • Contrôleur CompactDAQ à 8 emplacements Contrôleur CompactDAQ à 8 emplacements
    National Instruments étend son offre de contrôleurs CompactDAQ avec le modèle cDAQ-9135 doté de huit emplacements. Il est destiné aux applications à grand nombre de voies dans les environnements durcis.
    Lire la suite >
  • Multimètres 6,5 et 7,5 chiffres de table Multimètres 6,5 et 7,5 chiffres de table
    Les modèles 34465A et 34470A qu’a introduit Keysight Technologies viennent compléter la série de multimètres numériques de table Truevolt. Ils affichent une résolution respective de 6,5 et 7,5 chiffres. Grâce à l’écran de 4,3 pouces et aux fonctions graphiques avancées de la série, les utilisateurs peuvent visualiser les mesures de multiples manières, accéder plus rapidement à des informations pertinentes et documenter plus facilement leurs résultats.
    Lire la suite >
Boundary Scan
La technique “boundary scan” (balayage de la périphérie) est pratique pour accéder individuellement aux circuits intégrés numériques présents sur une carte électronique. Les différentes broches des composants et les différents composants sont raccordés sur un bus spécialisé (Boundary Scan) accessible depuis le connecteur de la carte. Cette technique permet de réaliser de la programmation in-situ de composants (mémoires et micro-contrôleurs) et de tester ces composants. Le gros intérêt du Boundary Scan est d’éviter de recourir au traditionnel lit à clous, encombrant, peu flexible (il faut en développer un pour chaque type de carte à tester) et coûteux. Revers de la médaille, cette technique impose d’utiliser des versions Boundary Scan des composants classiques, qui nécessitent plus de surface sur le silicium et sont donc plus onéreuses.
Le terme Boundary Scan est également connu sous le nom de JTAG et il fait l'objet d'une norme (IEEE 1149.1).