NIDays 2013 : les lauréats du concours des meilleures applications

La seizième édition française de NIDays qui a eu lieu au CNIT de Paris La Défense, le 12 février dernier, a une nouvelle fois attiré plus d’un millier de visiteurs (1155 contre 1104 l’an dernier). Chaque année, cette manifestation est l’occasion pour National Instruments de présenter ses solutions, sa stratégie et le savoir-faire de ses partenaires à travers un cycle de conférences et une exposition comptant 66 stands.
NIDays est aussi l’occasion de remettre leur prix aux lauréats de la cinquième édition du concours des meilleures applications réalisées avec des solutions du constructeur, organisée en partenariat avec la revue Mesures qui fait partie du jury.

Lauréat toutes catégories confondues :
Jean-François D'Eu (Université de Brest) pour la réalisation d’un sondeur électromagnétique innovant pour l'imagerie du sous-sol et la détection en milieu marin.

Lauréat dans la catégorie Acquisition/enregistrement de données :
Florent Duvinage (Nérys) pour la rénovation du système d'acquisition de données d'une soufflerie climatique.

 

Lauréat dans la catégorie Automatismes industriels et systèmes embarqués :
 Philippe Magaldi (GEPS Techno) pour la régulation de la production d'énergie à partir du mouvement d'un système flottant.


Dans la catégorie Instrumentation/test électroniques :
Christophe Gaillard (Dolphin Integration) pour la conception d’un banc de test automatisé pour CODEC audio haute résolution.

 

Lauréat dans la catégorie Enseignement :
Pierre Canat, Jean-Luc Amalberti et David Frey (IUT1 de Grenoble) pour l’optimisation du stockage et de l'utilisation énergétique de la maison autonome Canopea.


 - 18 février 2013 -

Dernière modification le lundi, 18 février 2013 01:00
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

24/09/2019 - 26/09/2019
CIM 2019
24/09/2019 - 26/09/2019
Forum de l'électronique
24/09/2019 - 26/09/2019
Measurement World
08/10/2019 - 10/10/2019
Sepem Industries Angers
10/10/2019 - 10/10/2019
Journée technique du CFM

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Inventé par Dr. Fritz Faulhaber père et breveté en 1958, la bobine á bobinage oblique de FAULHABER [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
API

Ce sigle a deux sens, l’un qui s’applique à l’univers des automatismes, l’autre à l’univers de l’informatique.

  • Automate Programmable Industriel. Les API sont des ordinateurs dédiés aux applications d’automatismes. A la différence des ordinateurs de bureau, il n’y a ici ni clavier ni écran (du moins pour les API classiques). Il y a par contre un grand nombre d’entrées/sorties (sur lesquelles sont raccordés les capteurs et actionneurs). Autre différence importante, la programmation se fait avec des langages spéciaux conçus pour les automaticiens (décrits dans la norme IEC 1131.3).
    On le voit, cela n’a pas grand-chose à voir avec un automate au sens commun du terme. Une autre définition avait été proposée par des professionnels (“Contrôleur logique programmable”) mais elle n’a pas eu de succès.
    Le correspondant anglais de API est PLC (Programmable Logic Controller). 
  • Application Programming Interface, interface de programmation d’applications. A l’origine, une API (ou un jeu d’API) est une couche logicielle au travers de laquelle une application peut accéder de façon standardisée aux ressources d’un système, sans qu’elle en connaisse les détails internes. Elle est donc utilisée par les développeurs d’applications et implantée sous une forme concrète sous la forme d’appels système, de fonctions C ou, sous Windows, de DLL (Dynamic Link Libraries). Mais aujourd’hui, le concept d’API s’est généralisé à tout type d’interface logicielle plus ou moins standard : API de système d’exploitation, API pour couches d’accès au réseau, API entre deux entités logicielles distantes, etc. (Définition Electronique International Hebdo)