Heath Monesmith prend la direction juridique de Eaton

Rédigé par  jeudi, 26 janvier 2017 15:58

En nommant M. Monesmith, le groupe reconnu dans la gestion de l’énergie à l’échelle mondiale, promeut un collaborateur qui s’est forgé une solide expérience des affaires juridiques lors de son évolution au sein de Cooper, puis de Eaton.

Le groupe Eaton, spécialiste des solutions de gestion de l’énergie, annonce la nomination de Heath Monesmith au poste de vice-président exécutif et directeur juridique, rendant compte au président et CEO, Craig Arnold. Il succède à Mark McGuire qui remplissait ces fonctions depuis 2005 et qui va prendre sa retraite.

M. Monesmith a rejoint Eaton en 2012 lors de l'acquisition de Cooper Industries, société au sein de laquelle il avait évolué depuis 2006 à différents postes de conseil juridique et de ressources humaines. Fort de son expérience, il a été nommé en 2015, vice-président et directeur juridique adjoint de Eaton. Avant d’intégrer Cooper, il était associé dans le cabinet juridique K&L Gates en Pennsylvanie. De formation universitaire, Heath Monesmith est diplômé en droit et administration des entreprises, cursus complété par l’obtention d’un MBA.

Rappelons que le groupe Eaton a réalisé un chiffre d’affaires de 20,9 milliards de dollars en 2015. Il compte environ 95 000 collaborateurs, avec une présence dans plus de 175 pays.

Dernière modification le jeudi, 26 janvier 2017 15:58
Plus dans cette catégorie : « Le salon IFAT va fêter ses 50 ans
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

04/05/2017 - 04/05/2017
Journée régionale de l’électronique
16/05/2017 - 18/05/2017
Innorobo
16/05/2017 - 16/05/2017
Journée technique du CFM
17/05/2017 - 18/05/2017
HydroGaïa
31/05/2017 - 01/06/2017
Mesures Solutions Expo
31/05/2017 - 01/06/2017
ExpoBiogaz

Mesure physique, analyse chimique
Experts en analyses physico-chimiques

Avec plus de 35 ans d'expérience en analyse physico-chimique et une présence dans le monde entier, [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Déterminisme
Le mot est employé un peu à toutes les sauces et souvent abusivement. Pour Le Petit Robert, le déterminisme est un “principe scientifique suivant lequel les conditions d'existence d'un phénomène sont déterminées, fixées absolument de telle façon que, ces conditions étant posées, le phénomène ne peut pas ne pas se produire”. Le même dictionnaire donne une autre définition : “doctrine philosophique suivant laquelle tous les événements sont liés et déterminés par la chaîne des événements antérieurs”.
Dans le domaine des automatismes, on dit souvent qu’une commande est déterministe lorsque les mêmes causes produisent les mêmes effets, pour un même état initial. Et cela doit être vrai même si des parasites ou des situations imprévues surviennent. On est assez proche de la première définition du Petit Robert.
Quand on dit que la norme EN954 relative aux systèmes de sécurité machine est d’essence “déterministe”, on est également dans l’esprit de la définition du dictionnaire (on oppose la norme “déterministe” EN954 à la norme IEC61508, également dédiée à la sécurité, qui est d’essence “probabiliste”).
Mais la plupart des gens accordent encore un autre sens au mot “déterminisme” : c’est qu’une action donnée doit être effectuée dans un temps bien délimité. C’est ainsi que l’on dit que la plupart des bus de terrain et les réseaux locaux à jeton sont déterministes parce que l’on est sûr qu’un échange d’informations se fera dans un temps bien défini (plus précisément, on est assuré que le temps pour effectuer une tâche ne dépassera pas une certaine limite connue). A l’inverse, le réseau Ethernet type “à détection de collision” n’est pas considéré comme étant déterministe car avec son système d’accès aléatoire et la détection de collision (CSMA/CD), une demande d’accès au réseau peut être différée si celui-ci est trop chargé : dans ce cas, on ne peut pas garantir qu’une demande d’échange d’information se fera dans un temps bien délimité, quelles que soient les circonstances. Dans le même ordre d’idée, on peut dire qu’un système “temps réel” (aller à ce mot pour la définition) est déterministe. Mais l’inverse n’est pas forcément vrai : ce n’est pas parce qu’un système est déterministe qu’il est temps réel.