Analyseur de particules pour le chauffage

Rédigé par  jeudi, 12 décembre 2013 22:26

Pour permettre aux chauffagistes et techniciens de maintenance de contrôler le respect des émissions de particules de poussière et optimiser les installations de chauffage dès 4 kW et à combustibles solides, Testo lance l’analyseur de particules portable 380. Il est associé à l’analyseur de combustion testo 330-2 LL, qui joue le rôle de centrale de commande, le tout étant rangé dans une mallette de transport.

# Étendue de mesure : 0 à 300 mg/m2 (précision selon VDI 4206-2)

# Résolution : 0,1 mg/m3

# Mesures de l’O2, du CO en parallèle, en plus de la température, de l’excès d’air, des pertes par les fumées ou de l’humidité des fumées

# Mémoire : 500 000 valeurs

# Boîtier IP40 en ABS, avec son bloc d’alimentation interne

# Dimensions : 475x362x190 mm, pour 7,9 kg

# Sonde de particules en inox intégrant la mesure du tirage, le prélèvement d’échantillons, la mesure de température, le chauffage de la sonde jusqu’à +120 °C, un dilueur rotatif en céramique chauffé jusqu’à +80 °C et l’affichage d’état

# Dimensions (ØxL) : 12x270 mm, câble de longueur de 2,2 m

Dernière modification le jeudi, 12 décembre 2013 22:33
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

16/06/2020 - 17/06/2020
Journées de la mesure 2020
23/06/2020 - 26/06/2020
SITL

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Moteurs pas à pas La structure robuste, la grande plage de régimes et la puissance exceptionnelle dans [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
6 sigma
Six Sigma (6s) est un ensemble de stratégies, méthodes, outils de calculs statistiques, etc. qui permettent d’améliorer un processus, qu’il s’agisse d’un processus de conception, d’un processus de production, d’un processus commercial, etc. Une démarche Six Sigma peut être appliquée aux processus les plus élémentaires, comme par exemple le processus d’insertion de la notice à l’intérieur de l’emballage d’un médicament. Le but d’un projet Six Sigma est d’éliminer les causes de défauts. Pour le mettre en place, il est donc judicieux de commencer par les processus qui génèrent le plus de problèmes.
L’origine de la méthode Six Sigma remonte à 1985 : à cette époque, Motorola Semiconductors avait avancé l’argument qu’elle visait un objectif de Six Sigma pour la fabrication de composants électroniques. Sigma désigne l’écart type d’un processus (voir définition de écart type). Dans toute production, on se fixe des limites de tolérance haute et basse. Un processus 'un sigma' (1s), ça signifie que 68,26 % des pièces produites se trouvent à l’intérieur des limites de tolérance. Pour un processus 'deux sigma' (2s), ce pourcentage monte à 95,46 %. Et ainsi de suite. Un processus Six Sigma (6s) signifie que 99,999998 % des pièces produites sont à l’intérieur des limites de tolérance, c’est-à-dire qu’il y a moins d’une pièce défectueuse sur 50 millions. Du moins en théorie. En fait, en pratique, le taux de défaut retenu pour un processus Six Sigma est de 3,4 ppm (3,4 pièces défectueuses sur un million). Ce chiffre ne doit rien au hasard. On part du principe que le process Six Sigma n’est pas forcément centré par rapport aux limites de tolérances. On s’autorise un écart de ±1,5s par rapport au centre et les calculs permettent alors d’arriver à un taux de 3,4 ppm.
Cela dit, la plupart des processus actuels relèvent plutôt du 3s, voire 3,5s. Mais c’est parfois beaucoup plus : pour ses moteurs d’avions, General Electric parle d’un objectif de 20s !