Socomec étend son offre de compteurs d’énergie

Rédigé par  jeudi, 09 mars 2017 09:39

Les modèles de cette nouvelle gamme se distinguent par leur précision, le comptage MID, leurs communications multiples et leur facilité d’utilisation.

Le français Socomec, fabricant spécialisé dans les équipements de coupure, de commutation de sources, de conversion d’énergie et de mesure, vient de lancer les compteurs d’énergie active et réactive Countis E. « Ils allient à la fois facilité d’utilisation, performances (comptage MID, courants de charge plus élevés), compacité et communications multiples », affirme le fabricant.

Les nouveaux compteurs réalisent un comptage direct jusqu'à 100 A et jusqu'à 6 000 A via transformateur de courant, en classe 1 ou 2, et mettent à disposition d'autres paramètres électriques indispensables à la gestion des coûts énergétiques. Ils répondent aux exigences de toutes les installations électriques industrielles, des bâtiments de santé, des data centers, des infrastructures, etc.

Les modèles E17, E18, E27 et E28 sont par ailleurs équipés, en plus d’une sortie à impulsions, de ports RS-485 Modbus ou M-Bus, d’interfaces de communication Ethernet et d'un serveur web monopoint intégré, assurant ainsi configuration de l’appareil, surveillance, visualisation et exportation des données via un simple navigateur Internet. La gamme Countis E comprend également les concentrateurs d'impulsions multifluides ECi2 et ECi3, qui collectent et stockent en temps réel les impulsions venant de compteurs d'eau, de gaz, d'air comprimé, d'électricité ou encore de capteurs analogiques.

Dernière modification le jeudi, 09 mars 2017 16:19
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Inventé par Dr. Fritz Faulhaber père et breveté en 1958, la bobine á bobinage oblique de FAULHABER [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
In situ

Le test in-situ d’une carte électronique consiste à tester individuellement les composants qu’elle comporte ainsi que la qualité des connexions. L’accès électrique aux différents points de la carte s’effectue à l’aide d’une planche à clous. Le test in-situ permet de mettre immédiatement en évidence un composant défaillant. Lors du test, seul le composant ou la zone sous test est mise sous tension.
Sur les cartes les plus denses, l’accès aux points de la carte est de plus en plus difficile. Ceci a conduit les fabricants de testeurs de cartes à développer des techniques de contrôle optique (AOI) ou à rayons X. Mais, bien évidemment, on se limite ici à des contrôles d’aspects (de qualité des soudures, de marquage des composants, etc.) et on n’atteint pas la qualité d’un test électrique.
Le test in-situ est en général complété par un test fonctionnel, qui permet de s’assurer du bon fonctionnement de la carte. Dans certaines productions bien rodées, on se contente d'un test fonctionnel rapide, de type "go-no go", et on pratique éventuellement un test in-situ sur les cartes qui n'ont pas passé le test go-no go, afin de localiser le défaut et réparer la carte.