L’ISO 50001 vient d’être rénovée

Rédigé par  mardi, 11 septembre 2018 16:05

La version 2018 place désormais la performance énergétique au niveau de la stratégie des organisations.

Pour répondre aux enjeux de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le monde et d’accès à l’électricité, l’un des outils à la disposition de tout un chacun est l’efficacité énergétique, comme le rappelle le groupe Afnor (Association française de normalisation). Et la norme ISO 50001 rénovée, en plaçant la performance énergétique au niveau de la stratégie des organisations, devrait y contribuer encore un peu plus.

Comme pour toutes les normes volontaires, l'ISO 50001, dont la première édition a été publiée en 2011, a été soumise à un examen de son utilité, cinq ans après sa publication. Deux principales évolutions ont été apportées. L’une vise à prendre en compte l’état de l’art en matière de collecte des données de consommation et de mesure de l’amélioration de la performance énergétique. Elle fournit ainsi des outils précieux pour surveiller, mesurer et évaluer cette amélioration. La seconde évolution concerne la structure du document, désormais similaire à celle des autres normes de systèmes de management, pour faciliter les démarches croisées.

« La nouvelle édition de l’ISO 50001 tombe d’ailleurs à point nommé pour les grandes entreprises européennes censées préparer leur 2e audit énergétique réglementaire, à partir de 2019 pour la France. Celles qui pousseront la démarche jusqu’à se faire certifier seront exemptées de cet exercice, transformant ainsi une obligation réglementaire en un avantage concurrentiel », indique Afnor dans son communiqué de presse.

Rappelons que, pour un site industriel ou un siège social par exemple, l’ISO 50001 améliore les marges de l’entreprise, aide à identifier des gisements d’économies cachés et permet de hiérarchiser les actions stratégiques, selon l’étude internationale d’Afnor Énergies sur les pratiques de management de l’énergie d’organismes certifiés ISO 50001 (mars 2017). Selon l’étude ISO Survey publiée fin 2016, un total de 20 216 certificats de conformité a été délivré, dont 7 000 en France, soit une hausse de 69 % du nombre de certifications au cours de cette même année.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

25/09/2018 - 28/09/2018
Micronora
25/09/2018 - 27/09/2018
Sepem Avignon
27/09/2018 - 27/09/2018
Journée technique de l'Exera
03/10/2018 - 04/10/2018
Journées nationales de la mesure (J’M)
11/10/2018 - 11/10/2018
Journée technique de l'IO-Link France
16/10/2018 - 16/10/2018
Digital Industry Summit
18/10/2018 - 18/10/2018
Les Assises du MES
23/10/2018 - 24/10/2018
Enova Paris

Non classé
FAULHABER Spécialiste Systèmes d

Machines à décaper l’isolantLa technique moderne ne peut pas renoncer aux câbles. Pour pratiquement [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Kit de développement pour caméras 3D Kit de développement pour caméras 3D
    IDS Imaging Development Systems diffuse la version 2.2 du kit de développement logiciel (SDK) pour ses caméras 3D Ensenso. Il offre un traitement d'image plus efficace, basé sur une carte graphique Nvidia CUDA (Compute Unified Device Architecture) avec processeur graphique (GPU).
    Lire la suite >
  • Logiciel d'ingénierie
 Logiciel d'ingénierie

    Siemens a ajouté des extensions fonctionnelles à son outil d'ingénierie TIA Portal V15.1. Celles-ci sont axées sur les tests et les simulations.

    Lire la suite >
  • Camera intelligente Camera intelligente
    La caméra intelligente Neon-1021 x86 d'ADlink Technologies intègre différents logiciels de vision, permettant de choisir le mieux adapté et de profiter d’un éventail de fonctions très étendu.
    Lire la suite >
Boundary Scan
La technique “boundary scan” (balayage de la périphérie) est pratique pour accéder individuellement aux circuits intégrés numériques présents sur une carte électronique. Les différentes broches des composants et les différents composants sont raccordés sur un bus spécialisé (Boundary Scan) accessible depuis le connecteur de la carte. Cette technique permet de réaliser de la programmation in-situ de composants (mémoires et micro-contrôleurs) et de tester ces composants. Le gros intérêt du Boundary Scan est d’éviter de recourir au traditionnel lit à clous, encombrant, peu flexible (il faut en développer un pour chaque type de carte à tester) et coûteux. Revers de la médaille, cette technique impose d’utiliser des versions Boundary Scan des composants classiques, qui nécessitent plus de surface sur le silicium et sont donc plus onéreuses.
Le terme Boundary Scan est également connu sous le nom de JTAG et il fait l'objet d'une norme (IEEE 1149.1).