L’ISO 50001 vient d’être rénovée

Rédigé par  mardi, 11 septembre 2018 16:05

La version 2018 place désormais la performance énergétique au niveau de la stratégie des organisations.

Pour répondre aux enjeux de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le monde et d’accès à l’électricité, l’un des outils à la disposition de tout un chacun est l’efficacité énergétique, comme le rappelle le groupe Afnor (Association française de normalisation). Et la norme ISO 50001 rénovée, en plaçant la performance énergétique au niveau de la stratégie des organisations, devrait y contribuer encore un peu plus.

Comme pour toutes les normes volontaires, l'ISO 50001, dont la première édition a été publiée en 2011, a été soumise à un examen de son utilité, cinq ans après sa publication. Deux principales évolutions ont été apportées. L’une vise à prendre en compte l’état de l’art en matière de collecte des données de consommation et de mesure de l’amélioration de la performance énergétique. Elle fournit ainsi des outils précieux pour surveiller, mesurer et évaluer cette amélioration. La seconde évolution concerne la structure du document, désormais similaire à celle des autres normes de systèmes de management, pour faciliter les démarches croisées.

« La nouvelle édition de l’ISO 50001 tombe d’ailleurs à point nommé pour les grandes entreprises européennes censées préparer leur 2e audit énergétique réglementaire, à partir de 2019 pour la France. Celles qui pousseront la démarche jusqu’à se faire certifier seront exemptées de cet exercice, transformant ainsi une obligation réglementaire en un avantage concurrentiel », indique Afnor dans son communiqué de presse.

Rappelons que, pour un site industriel ou un siège social par exemple, l’ISO 50001 améliore les marges de l’entreprise, aide à identifier des gisements d’économies cachés et permet de hiérarchiser les actions stratégiques, selon l’étude internationale d’Afnor Énergies sur les pratiques de management de l’énergie d’organismes certifiés ISO 50001 (mars 2017). Selon l’étude ISO Survey publiée fin 2016, un total de 20 216 certificats de conformité a été délivré, dont 7 000 en France, soit une hausse de 69 % du nombre de certifications au cours de cette même année.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

20/05/2019 - 20/05/2019
Café débat sur la métrologie
21/05/2019 - 23/05/2019
Preventica Paris
22/05/2019 - 23/05/2019
PEFTEC 2019
23/05/2019 - 23/05/2019
A3P Métrologie
05/06/2019 - 06/06/2019
Atmos’Fair
05/06/2019 - 05/06/2019
Journée technique du CFM
12/06/2019 - 13/06/2019
Expo Biogaz
17/06/2019 - 23/06/2019
Salon international de l'aéronautique et de l'espace
18/06/2019 - 18/06/2019
Energy Class Factory

Non classé
Dynamique des structures

De l’acquisition aux résultatsL’analyse de structure est un puissant outil pour comprendre le comportement [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Powerlink

Ethernet Powerlink est un réseau Ethernet temps réel et déterministe, présentant un temps de cycle de 200 µs et une gigue meilleure que 1 µs. Ce réseau utilise des composants Ethernet tout à fait standards. Au niveau de la couche physique du modèle OSI, il utilise le mode CSMA/CD (accès multiple avec détection de collision). Normalement, ce mode ne permet pas de garantir le temps réel. En fait, c’est au-dessus, au niveau de la couche MAC (accès au réseau), que se fait la différence : Powerlink utilise la technique SCNM (Slot Communication Network Management), qui permet de gérer un accès séquentiel aux différents équipements connectés au réseau, rendant impossible un accès simultané de deux équipements, et évitant ainsi tout risque de collision.

Powerlink atteint ses performances temporelles optimales lorsqu’il est dans le mode "Protected Mode", dédié au temps réel "dur". Il existe un mode "Open Mode", pour lequel il est possible de mixer des données temps réel et des données qui ne le sont pas. Les données temps réel sont traitées de manière déterministe mais avec des temps de cycle de l’ordre de la milliseconde (au lieu de 200 µs).

Powerlink est au départ une initiative de la société autrichienne B&R. C’est aujourd’hui un standard ouvert géré par l’association EPSG. Cette association travaille en coopération avec l’association CANopen : au niveau de la couche application, Powerlink peut travailler avec les profils des capteurs/actionneurs de CANopen.