Les débitmètres à effet Vortex

Rédigé par  lundi, 01 juin 2015 15:30
La technologie à effet Vortex est, si l'on peut dire, le parent pauvre des méthodes de mesure de débit industrielle. Bien qu'elle soit connue depuis des dizaines d'années, en particulier pour remplacer les organes déprimogènes, la technologie ne représente qu'une toute petite part de marché de la débitmétrie. Certains acteurs enregistrent néanmoins ces dernières années une croissance sur ce segment de marché, croissance liée notamment à une meilleure réputation de la technologie –fini le temps des réticences du début !–, au développement de débitmètres multiparamètres, à l'intérêt grandissant des industriels pour l'efficacité énergétique, etc. Mais, comme toutes les autres technologies, les débitmètres à effet Vortex ont aussi des limitations, ce qui impose aux utilisateurs de se poser les bonnes questions…

Connectez-vous pour lire la suite

Aide ? Créer un compte
Dernière modification le lundi, 01 juin 2015 15:30
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/05/2017 - 01/06/2017
Sensor + Test
30/05/2017 - 01/06/2017
Journées Cofrend
30/05/2017 - 02/06/2017
Moulding Expo
31/05/2017 - 01/06/2017
Mesures Solutions Expo
31/05/2017 - 01/06/2017
ExpoBiogaz
01/06/2017 - 02/06/2017
IOT Tech Expo Europe
13/06/2017 - 13/06/2017
Journée technique du CFM
14/06/2017 - 15/06/2017
Industries du futur
19/06/2017 - 25/06/2017
Salon du Bourget

Capteurs et transmetteurs
Radar de niveau Micropilot FMR10/FMR20

Micropilot FMR10/FMR20 -Pour les cuves de stockage et le domaine de l’eauEndress+Hauser frappe un grand [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Hass
Highly Accelerated Stress Screening : il s’agit d’une méthode d’essais aggravés, qui tient lieu de déverminage accéléré en phase de production (profil d’application déterminé à partir du Halt).
Les méthodes Halt et Hass trouvent toutes deux leur origine au milieu des années 60 et la paternité en reviendrait à l’Américain Gregg K. Hobbs.