Michelin, SoftBank et Adlink déploient une solution IoT au Japon

Rédigé par  vendredi, 16 novembre 2018 15:14
La mise en œuvre du service de contrôle de pneus à distance de Michelin, via la plate-forme IoT de SoftBank et une passerelle de communication intelligente d’Adlink, représente une première au Japon et devrait s’étendre à d’autres applications de mobilité.
Le spécialiste taïwanais des solutions informatiques embarquées Adlink, vient de voir sa passerelle de communication MXE-110i sélectionnée par Michelin et SoftBank pour le déploiement au Japon de leur système IoT de surveillance de pneus.
 
Basé sur le service cloud TPMS (Tire Pressure Monitoring System) de Michelin et mis en œuvre sur la plate-forme IoT fournie par SoftBank, ce système permet de contrôler des pneus à distance depuis un smartphone ou une tablette. Destiné notamment aux entreprises de construction ou de gestion de flotte, il renforce la fiabilité et la sécurité tout en réduisant les coûts de logistique et de suivi des ressources.
 
Le TPMS exploite des capteurs de mesure de pression d’air et de température d’un pneu. Il effectue une surveillance permanente et envoie un message au client, au distributeur de pneus et au réseau d’assistance Michelin lorsque des données s’écartent des niveaux de tolérance fixés. Les communications via la plate-forme cloud sont assurées par la passerelle d’Adlink embarquée à bord du véhicule. Basé sur un processeur Intel Quark SoC X1021 et doté d’une connectivité RF polyvalente, le module MXE-110i est intégré dans un boîtier robuste sans ventilateur et au format compact (120 x 100 x 50 mm).
 
La mise en œuvre d’un tel système IoT de surveillance par un fabricant de pneus représente une première au Japon, dans un contexte que Paul Perriniaux, directeur général de Nihon Michelin Tire Co, précise: « Le Japon est confronté à des problèmes de réduction de la population active et de vieillissement de la société. Le manque de personnel dans les secteurs des transports, de la construction et de l’agriculture est particulièrement grave. L’amélioration de la productivité et la réduction de la charge de travail sont des sujets qu’il faut urgemment prendre en compte ». L’opérateur japonais SoftBank prévoit en effet une progression du marché lié à l’IoT et à la 5G concernant d’autres applications de mobilité, comme le covoiturage et les véhicules autonomes.
Plus dans cette catégorie : « Carte-mère industrielle microATX
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

05/03/2019 - 08/03/2019
Global Industrie
12/03/2019 - 14/03/2019
CFIA
13/03/2019 - 13/03/2019
Journée technique du CFM
26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre

Non classé
Dynamique des structures

De l’acquisition aux résultatsL’analyse de structure est un puissant outil pour comprendre le comportement [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Régulateur PID

La régulation a pour objectif de maintenir à un niveau prédéterminé un paramètre de process (une température, une pression, un niveau, un débit, une position, une vitesse, etc.). Pour ce faire, le régulateur agit sur une valeur réglante (pour par exemple commander une résistance chauffante, une vanne, un robinet, un moteur, etc.).

Le régulateur PID est de loin le régulateur le plus répandu et le plus facile à mettre en œuvre. Ce type de régulation (voir aussi la définition de ce terme) consiste à associer trois actions :

  • action proportionnelle (P) : la grandeur de sortie du régulateur est directement proportionnelle à l’écart entre la grandeur mesurée et la valeur de consigne. Avec ce type de régulation, la valeur mesurée n’atteint jamais la valeur de la consigne : le rôle du régulateur est de minimiser cet écart.
  • action intégrale (I) : l’action intégrale permet d’annuler l’écart entre la mesure et la consigne et donc d’améliorer la précision de la régulation. Elle consiste à réaliser une intégration (au sens mathématique du terme) de l’écart. L’action intégrale est pratiquement toujours associée à une action proportionnelle.
  • action dérivée : celle-ci consiste à dériver (au sens mathématique du terme) l’écart entre la mesure et la consigne. L’action dérivée permet de raccourcir le temps de réponse de la régulation et de stabiliser la régulation (lorsque les variations de la grandeur contrôlée sont rapides). L’action dérivée est complémentaire de l’action proportionnelle.