Datalogic France a inauguré un nouveau siège social

Rédigé par  mardi, 20 juin 2017 17:55
De gauche à droite : Romano Volta, fondateur et président exécutif, et Valentina Volta, CEO du groupe Datalogic, à l’occasion de l’inauguration du nouveau siège social français. De gauche à droite : Romano Volta, fondateur et président exécutif, et Valentina Volta, CEO du groupe Datalogic, à l’occasion de l’inauguration du nouveau siège social français. (C)2017 Jean-Claude Cohen

Entièrement rénové, le siège social situé sur la zone industrielle de Courtabœuf est désormais plus à l’image d’une société tournée vers ses clients.

C’est en présence de Romano Volta, le fondateur et président exécutif, de Valentina Volta, sa fille et CEO du groupe et d’une centaine de personnes que l’italien Datalogic, fabricant de solutions d’identification et d’automatisation des processus, a inauguré le 8 juin dernier son nouveau siège social français dans la zone industrielle de Courtabœuf, à Villebon-sur-Yvette (Essonne).

La société italienne a démarré ses activités en France au début des années 80 – le groupe, lui, a été créé en 1972 – et « le marché français est riche en opportunités dans tous les principaux secteurs dans lesquels nous opérons, à savoir la distribution, le transport et la logistique, la santé et l’industrie », affirme la société qui réalise environ 50 % de son chiffre d’affaires en Europe.

« Nous sommes convaincus que la transformation numérique que rencontrent les entreprises françaises aura un impact positif sur le développement national et apportera des avantages significatifs à tous ceux qui participent à l'économie industrielle française », poursuit-elle.

Le renforcement de sa présence et de son image sur le territoire français, via la rénovation complète de ses locaux, s’inscrit par ailleurs dans la stratégie de Datalogic de se repositionner d'une société centrée essentiellement sur les produits vers une société orientée vers les clients (« Customer-Centric »).

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Capteurs et transmetteurs
Thermorésistance iTHERM TM411 | Endress+Hauser

Cette thermorésistance iTHERM a été conçue pour répondre aux exigences de l'agroalimentaire et des [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.