IHM

Le marché des IHM attendu en hausse de 9%

Rédigé par  vendredi, 26 octobre 2018 15:37

C’est le CAGR annoncé par Research and Markets pour ce marché mondial jusqu’en 2023, porté par des critères de sécurité, d’efficacité énergétique, de gain de productivité et de durabilité.

Le cabinet d’analyses Research and Markets a effectué une étude du marché mondial des interfaces homme-machine (IHM), prévoyant qu’il devrait suivre un taux de croissance annuel composé (CAGR) de plus de 9 % dans les six ans à venir. Les revenus générés pourraient ainsi dépasser les 8 milliards de dollars en 2023.

Selon le rapport, l’extension de ce marché sera principalement marquée par les critères de sécurité, d’efficacité énergétique, de gain de productivité et de durabilité. D’autre part, l’essor des réseaux - de l’Ethernet industriel en particulier - et la demande croissante d’accès à distance, devraient booster le développement des IHM pour l’automatisation industrielle.

Au niveau technologique, les appareils tactiles s’octroient les 2/3 des parts de marché et sont crédités d’une perspective de croissance annuelle de 10 %. Parmi les principales caractéristiques attendues d’une IHM, on notera la robustesse et le haut degré de personnalisation. De plus, dans un contexte fortement concurrentiel, les technologies innovantes basées sur des capteurs et des algorithmes de traitement de données, représentent un fort potentiel de différenciation.

La segmentation des utilisateurs finaux fait ressortir que les industries chimiques, du pétrole et du gaz occupent un tiers du marché, avec un CAGR estimé à 9 % sur la période et porté par des critères exigeants en matière de durcissement et d’étanchéité des équipements. L’étude signale également une demande croissante des fabricants de semi conducteurs pour des IHM destinées aux salles blanches, aux chaînes d’assemblage et aux applications de contrôle.

Quant aux fournisseurs présents sur le marché, citons les cinq premiers retenus dans l’analyse, à savoir Schneider Electric, Rockwell Automation, Siemens, Mitsubishi et Omron.

Dernière modification le vendredi, 26 octobre 2018 15:37
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

20/11/2018 - 21/11/2018
Be 4.0
27/11/2018 - 27/11/2018
Automation Class Factory

Capteurs et transmetteurs
Thermorésistance iTHERM TM411 | Endress+Hauser

Cette thermorésistance iTHERM a été conçue pour répondre aux exigences de l'agroalimentaire et des [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
RAID

Redundant Array of Independent Disks, batterie redondante de disques durs indépendants. A la fin des années 1980, RAID signifiait “Redundant Array of Inexpensive Disks”, c’est-à-dire batterie redondante de disques économiques. C’était à l’époque où les gros disques d’ordinateurs étaient onéreux. Les temps ont changé et c’est la raison pour laquelle le terme Inexpensive a été remplacé par Independant. Le but des RAID est d’augmenter la performance ou de fournir une tolérance aux pannes. Développé à l’origine pour les systèmes de stockage, les Raid ont vu leurs applications s’élargir et sont désormais présents sur les PC. Le concept Raid peut être mis en œuvre avec un disque unique et à l’aide d’un logiciel spécialisé, mais les performances sont moindres qu’avec des Raid multi-disques, surtout lorsqu’il s’agit de restituer les données après une défaillance.
Raid améliore les performances des disques en interpénétrant les octets ou les groupes d’octets à travers plusieurs disques, de sorte qu’au moins deux disques sont en train de lire et d’écrire simultanément. La tolérance aux pannes est réalisée en utilisant la technique du disque miroir (duplication totale des données) comme dans RAID 1 ou en utilisant les bits de parité comme dans RAID 3 et RAID 5. Les bits de parité sont calculés en prenant un bit du disque 1 et en le combinant (fonction OU exclusif) avec un bit du disque 2, et en stockant le résultat sur le disque 3. Un disque défaillant peut être remplacé à chaud par un autre, le contrôleur RAID se charge de reconstituer les données perdues.

  • RAID 0. Les données sont réparties sur plusieurs disques de façon à améliorer la performance. Il n’y a pas de protection contre les pannes.
  • RAID 1. Les données sont toutes écrites en miroir sur deux disques distincts. Solution qui offre la meilleure fiabilité mais double le coût du stockage.
  • RAID 2. Les bits (plutôt que des octets ou des groupes d’octets) sont répartis sur plusieurs disques.
  • RAID 3. Les données sont réparties sur trois ou davantage de disques. Tous les disques travaillent en parallèle, ce qui assure une vitesse de transfert très élevée. Les bits de parité de parité permettent de reconstituer les données en cas de panne de l'un des disques physiques.
  • RAID 4. Similaire au Raid 3 mais chaque disque est géré indépendamment. Peu utilisé.
  • RAID 5. Le plus largement utilisé. Les données sont réparties sur trois ou davantage de disques afin d’augmenter les performances, et les bits de parité sont utilisés pour la tolérance aux pannes. Les bits de parité permettent de reconstituer les données en cas de panne de l'un des disques physiques.
  • RAID 6. Le plus fiable mais il est peu utilisé. Similaire à RAID 5, mais ici le contrôleur effectue les calculs de deux bits de parité différents, ou le même calcul sur deux sous-ensembles de données qui se chevauchent.
  • RAID 10. Combinaison de RAID 1 et RAID 0. RAID 0 est utilisé pour la performance et RAID 1 est utilisé pour la tolérance aux pannes.