GE acquiert ServiceMax et se renforce dans l'Internet industriel

Rédigé par  jeudi, 08 décembre 2016 14:20

Le groupe américain rachète l’éditeur de solutions de gestion de services sur site et complète ainsi  l’offre disponible sur sa plate-forme cloud Predix, pour accompagner les industriels dans leur transformation numérique.

GE Digital, la division de General Electric dédiée au logiciel et à l’analyse de données, vient de faire l’acquisition de l’américain ServiceMax, fournisseur de solutions de gestion de services sur site (ou FSM pour Field Service Management), assurant un gain de productivité aux entreprises. L’éditeur propose en effet une suite d’applications accessibles dans le cloud, permettant d’optimiser les processus tels que la planification des techniciens de terrain, le suivi des commandes ou la gestion des pièces détachées.

Les applications de ServiceMax viennent ainsi compléter l’offre de services de Predix, la plate-forme de cloud industriel développée par le géant américain. Cette acquisition, qui fait suite à celles de Wurldtech et de Meridium, s’inscrit dans la stratégie de croissance organique et externe de GE, afin de se renforcer dans l’Internet industriel et d’accompagner les clients dans leur transformation numérique.

La transaction satisfait également l’éditeur ServiceMax qui va bénéficier de l’expérience et des ressources de GE Digital. L’ajout de fonctions d’analyse de données est d’ores et déjà prévu pour enrichir les applications de gestion de services sur site.

Dernière modification le jeudi, 08 décembre 2016 14:20
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Capteurs et transmetteurs
Pression absolue et relative Cerabar M PMP51

Le transmetteur de pression numérique Cerabar PMP51 avec cellule de mesure piézorésistive et membrane [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Run Time
Version exécutoire d’un logiciel. La plupart des logiciels industriels comportent une version dite de “développement” qu’utilise le développeur pour créer un applicatif opérationnel. Cet applicatif est ensuite compilé et chargé dans la (ou les) machines (s) cible. C’est cet applicatif que l’on appelle le “run time”. Le run time ne peut pas être modifié (sauf les paramétrages prévus lors de la conception du logiciel). Souvent, les éditeurs de logiciels vendent une version “développement” et font payer des royalties pour les versions “run-time” (les royalties sont calculées en fonction du nombre de postes déployés).