Lloyd’s Register met la main sur le logiciel de maintenance RTAMO

Rédigé par  mardi, 13 décembre 2016 10:15

L’organisme britannique de classification complète son offre de services dans le cloud industriel avec la solution temps réel RTAMO, qui optimise les opérations de maintenance des infrastructures critiques, assurant une meilleure sécurité à moindre coût.

Le groupe Lloyd’s Register (LR), organisme indépendant de classification devenu également fournisseur de services techniques et d’ingénierie, vient de faire l’acquisition de l’éditeur écossais RTAMO, qui développe le logiciel éponyme Real Time Adaptive Maintenance Optimisation. Cette solution optimise la maintenance des infrastructures critiques, en améliorant la sécurité et réduisant sensiblement les coûts.

La méthodologie RTAMO est en effet basée sur l’analyse des données en temps réel, permettant la mise en oeuvre d’opérations de maintenance sur mesure tout au long du cycle de vie des actifs de l’entreprise, avec à la clé, la possibilité de réaliser jusqu’à 30 % d’économie sur ce poste, selon l’éditeur. Cette gestion intelligente garantit également un meilleur niveau de sécurité pour les opérateurs en les tenant à l’écart des zones dangereures, comme tient à le souligner Neil Arthur, fondateur de RTAMO dont il conserve la direction au sein de LR.

Initialement conçue pour des exploitations pétrolières, la solution RTAMO convient à d’autres industries critiques, telles que le raffinage, la pétrochimie, les énergies renouvelables ou le transport maritime. L’acquisition de ce logiciel s’inscrit donc dans la stratégie de LR pour compléter sa suite de services disponibles dans le cloud industriel, comprenant notamment des fonctions d’inspection à distance, de cybersécurité, de fabrication additive ou encore de gestion du cycle de vie des produits. Rappelons que quelques mois plus tôt, c’était la technologie innovante Greenfence que le groupe britannique avait choisi d’adopter pour faciliter le développement d’applications de test, d’inspection et de certification dans les chaînes d’approvisionnement.

Dernière modification le jeudi, 15 décembre 2016 10:15
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Capteurs et transmetteurs
Transmetteur 8 voies Liquiline CM448 | Endress+Hauser

Le Liquiline CM448 est un transmetteur multiparamètre numérique pour la surveillance et le contrôle [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
  • Barrières de sécurité pour petites distances Barrières de sécurité pour petites distances
    Les nouveaux rideaux lumineux et barrières immatérielles de sécurité de la série SLC/SLG 240 COM de Schmersal conviennent aux applications avec une petite distance de sécurité.
    Lire la suite >
  • Analyseur de soufre dans le pétrole Analyseur de soufre dans le pétrole
    Horiba a complété sa gamme d’analyseurs de soufre, avec le modèle portable SLFA-60. Destiné à la détermination de la teneur en soufre dans les schistes bitumineux, le pétrole brut traditionnel et les autres produits pétroliers, cet appareil affiche une étendue de mesure double (0 à 9,9999 %) de celle du modèle qu’il remplace.
    Lire la suite >
  • Caméras industrielles Caméras industrielles
    IDS a lancé une nouvelle génération de caméras industrielles de la famille uEye SE. Les nombreuses variantes proposées la rendent compatible avec une grande variété d'applications.
    Lire la suite >
Run Time
Version exécutoire d’un logiciel. La plupart des logiciels industriels comportent une version dite de “développement” qu’utilise le développeur pour créer un applicatif opérationnel. Cet applicatif est ensuite compilé et chargé dans la (ou les) machines (s) cible. C’est cet applicatif que l’on appelle le “run time”. Le run time ne peut pas être modifié (sauf les paramétrages prévus lors de la conception du logiciel). Souvent, les éditeurs de logiciels vendent une version “développement” et font payer des royalties pour les versions “run-time” (les royalties sont calculées en fonction du nombre de postes déployés).