Schneider transforme ses usines en vitrine de l’Industrie du futur

Rédigé par  vendredi, 18 mai 2018 16:08

En commençant par l’usine du Vaudreuil, le groupe a lancé le déploiement des technologies numériques de sa plate-forme EcoStruxure sur ses propres sites de production, pour démontrer l’avantage compétitif qu’elles procurent.

Le groupe Schneider Electric, acteur international de la gestion de l’énergie et des automatismes, s’est lancé dans un programme de transformation numérique de ses propres centres de production, pour qu’ils deviennent des vitrines de l’Industrie du futur témoignant des avantages compétitifs qu’une telle évolution technologique peut apporter. Inaugurée dans sa nouvelle forme en avril dernier, l’usine du Vaudreuil (Eure) a été la première à bénéficier de cette transformation qui devrait s’étendre, d’ici 2020, à une centaine de sites industriels du groupe. Désormais ouverte aux clients, la première vitrine affiche un calendrier de visites déjà complet jusqu’en septembre 2018.

Pour sa mise en œuvre, la transformation numérique des centres exploite la solution EcoStruxure for Industry de Schneider, une plate-forme ouverte dédiée au développement d’applications de l’Internet des objets. La démarche veut tenir compte du caractère unique de chaque usine et propose donc une intégration flexible des technologies disponibles dans EcoStruxure, afin que chaque industriel s’adapte à l’évolution des demandes de ses clients. « Pour mettre au point le site vitrine du Vaudreuil, nous nous sommes fixés comme contrainte d’améliorer l’existant de façon peu intrusive, sans transformation big bang, pour coller aux situations rencontrées dans tous les secteurs industriels. C’est pourquoi toutes les technologies présentées sont des briques logicielles de nos différentes offres EcoStruxure », explique Marc Fromager, directeur de la division Industrie de Schneider Electric France.

Dans son rôle de vitrine de la transformation numérique, l’usine du Vaudreuil poursuit d’ailleurs le déploiement de nouvelles briques, comme celle introduisant la réalité augmentée dans les opérations de maintenance. « Cet outil nous apporte entre 2 et 7 % de gain de productivité », précise M. Fromager. Au final, le retour sur investissement des technologies utilisées devrait être, dans la plupart des cas, inférieur à deux ans. Outre ces aspects techniques, Schneider souligne l’importance d’organiser l’Industrie du futur autour des hommes. Un dispositif de conduite du changement a ainsi été mis en place au Vaudreuil, comprenant des modules de formation et des réunions de partage sur l’impact des nouvelles technologies.

Dernière modification le vendredi, 18 mai 2018 16:08
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

20/05/2019 - 20/05/2019
Café débat sur la métrologie
21/05/2019 - 23/05/2019
Preventica Paris
22/05/2019 - 23/05/2019
PEFTEC 2019
23/05/2019 - 23/05/2019
A3P Métrologie
05/06/2019 - 06/06/2019
Atmos’Fair
05/06/2019 - 05/06/2019
Journée technique du CFM
12/06/2019 - 13/06/2019
Expo Biogaz
17/06/2019 - 23/06/2019
Salon international de l'aéronautique et de l'espace
18/06/2019 - 18/06/2019
Energy Class Factory

Capteurs et transmetteurs
Proline Promag P 100 et Proline Promass P 100

Le Promag P 100 est destiné aux applications chimiques et de process avec liquides corrosifs et températures [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Powerlink

Ethernet Powerlink est un réseau Ethernet temps réel et déterministe, présentant un temps de cycle de 200 µs et une gigue meilleure que 1 µs. Ce réseau utilise des composants Ethernet tout à fait standards. Au niveau de la couche physique du modèle OSI, il utilise le mode CSMA/CD (accès multiple avec détection de collision). Normalement, ce mode ne permet pas de garantir le temps réel. En fait, c’est au-dessus, au niveau de la couche MAC (accès au réseau), que se fait la différence : Powerlink utilise la technique SCNM (Slot Communication Network Management), qui permet de gérer un accès séquentiel aux différents équipements connectés au réseau, rendant impossible un accès simultané de deux équipements, et évitant ainsi tout risque de collision.

Powerlink atteint ses performances temporelles optimales lorsqu’il est dans le mode "Protected Mode", dédié au temps réel "dur". Il existe un mode "Open Mode", pour lequel il est possible de mixer des données temps réel et des données qui ne le sont pas. Les données temps réel sont traitées de manière déterministe mais avec des temps de cycle de l’ordre de la milliseconde (au lieu de 200 µs).

Powerlink est au départ une initiative de la société autrichienne B&R. C’est aujourd’hui un standard ouvert géré par l’association EPSG. Cette association travaille en coopération avec l’association CANopen : au niveau de la couche application, Powerlink peut travailler avec les profils des capteurs/actionneurs de CANopen.