Ordinal convertit son MES à la mobilité

Rédigé par  vendredi, 25 mai 2018 15:19

Dans un contexte d’Industrie 4.0, l’éditeur français sort l’application Coox Mobile qui permet aux opérateurs d’accéder aux fonctions MES depuis leur smartphone ou tablette.

Le français Ordinal Software, éditeur de logiciels de supervision et de MES (Manufacturing Execution System), lance son application Coox Mobile, un outil de mobilité conçu pour faciliter le déploiement de l’usine connectée. « Avec Coox Mobile, nous avons voulu mettre en place une solution nomade simple et intuitive, capable de suivre et d’afficher les vues d’un process industriel équipé d’une application MES de la gamme Coox, sans avoir recours au traditionnel PC », explique Philippe Allot, Pdg d’Ordinal Software.

Pensée nativement pour l’Intranet, la gamme MES Coox repose sur une architecture orientée services (SOA) évolutive, qui s’adapte aux applications industrielles. Coox Mobile apporte à cette offre une nouvelle fonctionnalité permettant, sans développement complémentaire, d’accéder en temps réel depuis des terminaux mobiles, smartphones ou tablettes, aux applications Coox intégrées.

Dans le cadre d’une usine connectée, les opérateurs disposent ainsi en tout lieu, de fonctions paramétrables de visualisation et de pilotage, afin de contrôler la production, recevoir des alertes en cas d’anomalie, recueillir des données de traçabilité des matières ou encore consulter des indicateurs de performance. Résolument multi-plateforme, la mise en œuvre de clients mobiles avec Coox est disponible sur Android, iOS et Windows Phone.

Dernière modification le vendredi, 25 mai 2018 15:19
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans


Capteurs et transmetteurs
Débitmètres Proline 300/500

Nouvelle génération de mesure de débitProline 300/500 vous offre une grande valeur ajoutée tout au [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
HACCP
Hazard Analysis and Critical Control Point, analyse des risques et contrôle des points critiques. Les Américains prononcent “Hassip”. L’HACCP s’applique surtout dans les industries alimentaires et pharmaceutiques et il rassemble les bonnes pratiques dans ce domaine. L’HACCP s’articule autour de sept principes :
- L’analyse des risques potentiels (contamination microbienne, présence d’une toxine chimique, d’un morceau de verre ou de métal, par exemple) et la manière de les contrôler.
- Le contrôle des points critiques afin d’éliminer totalement le risque. Parmi les moyens couramment utilisés pour cela, on peut citer la cuisson, la réfrigération et la détection de présence de particules métalliques (qui peuvent apparaître lorsqu’il s’agit de produits malaxés ou broyés).
- La recherche de mesures préventives pour chaque point critique, avec les valeurs limites. Il peut par exemple s’agir d’une température et d’un temps minimum de cuisson.
- La mise en place de procédures pour s’assurer que les points critiques sont effectivement bien pris en compte. Ceci peut être fait par la désignation de responsables chargés de telle ou telle opération.
- La mise en place d’actions correctives lorsque le suivi montre que certaines procédures ou mesures préventives n’ont pas été correctement prises en compte.
- L’établissement de procédures pour vérifier que le process fonctionne correctement. Pour cela, on peut par exemple utiliser des enregistreurs qui vont relever les températures et les temps de cuisson.
- La mise en place d’un système de gestion de la documentation de l’ensemble du système HACCP