Schneider Electric se renforce en réalité virtuelle et augmentée

Rédigé par  vendredi, 03 février 2017 11:20
Schneider Electric se renforce en réalité virtuelle et augmentée MWPowerlab

Au travers du rachat de MWPowerlab, le groupe ajoute cette technologie à son offre logicielle.

Après un long partenariat, le groupe français Schneider Electric, l'un des principaux fabricants mondiaux dans la gestion de l’énergie et de l’automatisation, vient de racheter l’éditeur de logiciels 3D temps réel italien MWPowerlab, pour un montant non dévoilé.

Avec cette acquisition, le français ajoute une technologie de réalité virtuelle et de réalité augmentée à son offre logicielle industrielle, renforçant ainsi les possibilités de simulation immersive et de formation, ainsi que de visualisation 3D avancée de sa plate-forme Asset Performance Management (APM) au niveau entreprise.

« La réalité virtuelle et la réalité augmentée deviennent rapidement la norme dans l'industrie pour assurer la formation des opérateurs, la simulation et les solutions de gestion des actifs. Cette acquisition permet à nos clients d'accéder aux technologies les plus avancées », explique Dr Tobias Scheele, vice-président senior Solutions globales de Schneider Electric.

Dernière modification le jeudi, 09 février 2017 16:37
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Non classé
Mesure vibratoire de machines tournantes

Quelle que soit la machine : générateur, turbine, compresseur alternatif, diesel ou transmission, les [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Etalement de spectre

Technique utilisée en transmission de données sans fil (radio), consistant à diffuser les données sur une large bande passante plutôt que sur une porteuse unique. Deux méthodes d’étalement de spectre sont couramment utilisées.

L’étalement de spectre par séquence directe (DSSS) consiste, avant modulation, à “multiplier” chaque bit à transmettre par un code pseudo-aléatoire de débit très nettement supérieur à celui du signal. L’information binaire résultante est alors utilisée pour moduler une porteuse.

Dans l’étalement de spectre par saut de fréquences (FHSS), le signal module une porteuse dont la fréquence centrale varie brusquement à intervalles réguliers selon une séquence pseudo-aléatoire. (Définition Electronique International Hebdo)