Le Cetim et Siemens signent un partenariat

Rédigé par  mardi, 16 octobre 2018 16:22
De gauche à droite : Emmanuel Vieillard, président du Cetim, et Nicolas Petrovic, président de Siemens France. De gauche à droite : Emmanuel Vieillard, président du Cetim, et Nicolas Petrovic, président de Siemens France. Cédric Lardière

Il s'agit pour le centre technique des industries mécaniques (Cetim) de mieux accompagner les PME et PMI vers la numérisation.

C'est à l'occasion de son événement Digital Industrie Summit, qui s'est déroulé le 16 octobre au Palais Brongniart (Paris), que le groupe allemand Siemens, présent dans les domaines de l’électrification, l’automatisation et la « digitalization », et le centre technique des industries mécaniques (Cetim) ont signé un partenariat.

« Cette alliance porte sur l’accompagnement des entreprises à revisiter leur offre pour le futur et à retrouver de la valeur ajoutée », comme l'explique Daniel Richet, directeur du développement régional et international du Cetim. « C’est notre rôle depuis une quinzaine d’années d’accompagner les PME/PMI, avec aussi une sectorisation régionale. Mais les innovations dans le domaine de la numérisation nous dépassent, d’où l’alliance avec Siemens », ajoute Philippe Choderlos de Laclos, directeur général du Cetim.

Pour Vincent Jauneau, vice-président et directeur du secteur Industrie de Siemens France, « dans le cadre de l’industrie du futur, il faut savoir s’entourer d’un écosystème de start-up et de partenaires, capables de valoriser nos plates-formes et solutions, jusqu’aux PME/PMI. » La société allemande et le centre technique partagent également un ADN technologique commun.

Siemens a par ailleurs profité de l’occasion pour mettre en avant la prise de participation de la jeune pousse auvergnate Braincube, via sa société de capital-risque next47 et aux côtés d’Iris Capital. La start-up est spécialisée dans les algorithmes capables de réaliser des prédictions et des prescriptions de pilotage des usines pour en améliorer la productivité.

« Notre première levée de fonds d’un montant de 12 millions d’euros – nous avions réussi à nous autofinancés depuis la création de de la société en 2007 – va nous permettre de renforcer notre réseau de commercialisation et d’étoffer nos équipes de développeurs », explique Laurent Laporte, cofondateur avec Hélène Olphe-Galliardet et Sylvain Rubat du Mérac, ainsi que président de Braincube.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

20/05/2019 - 20/05/2019
Café débat sur la métrologie
21/05/2019 - 23/05/2019
Preventica Paris
22/05/2019 - 23/05/2019
PEFTEC 2019
23/05/2019 - 23/05/2019
A3P Métrologie
05/06/2019 - 06/06/2019
Atmos’Fair
05/06/2019 - 05/06/2019
Journée technique du CFM
12/06/2019 - 13/06/2019
Expo Biogaz
17/06/2019 - 23/06/2019
Salon international de l'aéronautique et de l'espace
18/06/2019 - 18/06/2019
Energy Class Factory

Non classé
Dynamique des structures

De l’acquisition aux résultatsL’analyse de structure est un puissant outil pour comprendre le comportement [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
Powerlink

Ethernet Powerlink est un réseau Ethernet temps réel et déterministe, présentant un temps de cycle de 200 µs et une gigue meilleure que 1 µs. Ce réseau utilise des composants Ethernet tout à fait standards. Au niveau de la couche physique du modèle OSI, il utilise le mode CSMA/CD (accès multiple avec détection de collision). Normalement, ce mode ne permet pas de garantir le temps réel. En fait, c’est au-dessus, au niveau de la couche MAC (accès au réseau), que se fait la différence : Powerlink utilise la technique SCNM (Slot Communication Network Management), qui permet de gérer un accès séquentiel aux différents équipements connectés au réseau, rendant impossible un accès simultané de deux équipements, et évitant ainsi tout risque de collision.

Powerlink atteint ses performances temporelles optimales lorsqu’il est dans le mode "Protected Mode", dédié au temps réel "dur". Il existe un mode "Open Mode", pour lequel il est possible de mixer des données temps réel et des données qui ne le sont pas. Les données temps réel sont traitées de manière déterministe mais avec des temps de cycle de l’ordre de la milliseconde (au lieu de 200 µs).

Powerlink est au départ une initiative de la société autrichienne B&R. C’est aujourd’hui un standard ouvert géré par l’association EPSG. Cette association travaille en coopération avec l’association CANopen : au niveau de la couche application, Powerlink peut travailler avec les profils des capteurs/actionneurs de CANopen.