Signature d’un partenariat mondial entre ABB et Dassault Systèmes

Rédigé par  jeudi, 28 février 2019 10:52
Bernard Charlès, vice-président et directeur général de Dassault Systèmes. Bernard Charlès, vice-président et directeur général de Dassault Systèmes.

L’objectif des groupes helvético-suédois et français est de fournir une offre globale, de la gestion du cycle de vie des produits aux solutions de surveillance de l’état des actifs.

Le groupe helvético-suédois ABB, l'un des principaux fabricants mondiaux dans l'énergie et les automatismes, et le groupe français Dassault Systèmes, éditeur de logiciel spécialisé dans la conception 3D et les solutions pour la gestion du cycle de vie d'un produit, viennent d’annoncer la signature d’un partenariat mondial pour la fourniture d’un portefeuille de logiciels aux entreprises des industries numériques.

Il s’agira d’une offre globale, allant de la gestion du cycle de vie des produits (plate-forme 3DExperience de Dassault Systèmes) aux solutions de surveillance de l’état des actifs (ABB Ability), et conçues pour améliorer la compétitivité des entreprises industrielles tout en les aidant à augmenter la flexibilité, la rapidité et la productivité du cycle de vie, de la fabrication et de l’exploitation de leurs produits, affirment les deux sociétés.

Les premiers secteurs, sur lesquels les deux groupes vont se concentrer, sont l’automatisation industrielle et la robotique, l’automatisation de l’industrie des procédés, ainsi que les solutions d’électrification des bâtiments connectés. Les premières solutions développées conjointement seront présentées à l’occasion de la prochaine édition de la Foire de Hanovre (Allemagne) du 1er au 5 avril 2019.

« Ce partenariat va permettre à nos clients d’être des leaders en matière d’innovation et de croissance, en transformant fondamentalement l’ensemble de leur chaîne de valeur pour saisir les multiples possibilités qu’apporte la numérisation industrielle. Nous ajoutons Dassault Systèmes à un solide réseau de partenaires en numérisation industrielle qui comprend déjà Microsoft, HPE et IBM », indique Ulrich Spiesshofer, CEO d’ABB.

« La maîtrise élevée du savoir-faire technique est le nouveau différenciateur compétitif des entreprises, et c’est ce qui se produit aujourd’hui en raison de la convergence de technologies numériques qui transforment tous les aspects de l’activité industrielle. Notre approche “plate-forme” permet aux mondes réel et virtuel de s’informer et de se renforcer mutuellement », ajoute Bernard Charlès (voir photographie), vice-président et directeur général de Dassault Systèmes.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Capteurs et transmetteurs
Transmetteur 8 voies Liquiline CM448 | Endress+Hauser

Le Liquiline CM448 est un transmetteur multiparamètre numérique pour la surveillance et le contrôle [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
FFT
Fast Fourier Transform, transformée de Fourier rapide. On sait depuis longtemps réaliser des transformées de Fourier d’un signal, à l’aide d’électroniques analogiques (mises en œuvre notamment dans les analyseurs de spectres). Lorsque les électroniques numériques sont apparues, on a naturellement cherché à calculer numériquement la transformée de Fourier des signaux. Mais ces calculs étaient longs, jusqu’à ce qu’apparaisse un nouvel algorithme qui a permis de fortement réduire le temps de calcul. Cet algorithme a été baptisé “fast” (rapide, en anglais). Et c’est ainsi qu’est apparu le terme FFT. Aujourd’hui, quand on parle d’un analyseur FFT, il s’agit d’un appareil qui assure une fonction d’analyse spectrale et qui calcule numériquement le spectre.
Ceci étant, malgré les progrès accomplis par les calculateurs, les analyseurs FFT restent relativement lents et sont réservés à l’analyse de signaux acoustiques, de vibrations ou à l’analyse d’asservissements (quelques centaines de kHz tout au plus). Quand on dit qu’un analyseur FFT est “temps réel jusqu’à 20 kHz”, cela signifie qu’il va calculer le spectre d’un signal jusqu’à 20 kHz, sans perdre aucune information sur le signal d’entrée. L’analyseur peut calculer les raies spectrales supérieures à cette fréquence, mais il perd alors la notion de “temps réel” : autrement dit, le temps de calcul est trop long pour pouvoir prendre en compte la totalité des échantillons du signal et des portions de ce signal sont perdues.