La 21e édition de Laval Virtual se tiendra du 20 au 24 mars

Rédigé par  jeudi, 07 mars 2019 15:06
La 21e édition de Laval Virtual se tiendra du 20 au 24 mars Maxppp

Le salon de la réalité virtuelle et réalité augmentée (VR/AR) et des techniques immersives attend 320 exposants et 10 000 visiteurs.

La 21e édition du Laval Virtual, le salon de la réalité virtuelle et réalité augmentée (VR/AR) et des techniques immersives, ouvrira ses portes du 20 au 24 mars 2019, à Laval (Mayenne). L’événement devrait réunir plus de 320 exposants sur une surface de 9 000 m2, près de 200 conférenciers et 10 000 visiteurs.

Les trois cycles de conférences aborderont des thématiques sectorielles (VRticals ; construction, industrie du futur, défense…) et des problématiques transverses (TranVRsals ; formation, production de contenus VR/AR…). Le troisième cycle, baptisé ConVRgence et qui est l’ancien VRIC, tissera des passerelles entre la recherche et l'industrie.

Autres nouveautés, les Laval Virtual Awards se présenteront sous une nouvelle formule, à travers six grandes catégories (VR/AR for Productivity, VR/AR for Learning and Training, VR/AR for Safety and improvement of Work Environment, VR/AR for Marketing & Sales, VR/AR for Data Visualization & Decision-Making, et VR/AR for a cause), et la 1ère édition du Job Fair, ouvert du 20 au 22 mars, sera un lieu de rencontre dédié à l'emploi entre entreprises et personnes à la recherche d’un emploi.

Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Capteurs et transmetteurs
Thermorésistance iTHERM TM411 | Endress+Hauser

Cette thermorésistance iTHERM a été conçue pour répondre aux exigences de l'agroalimentaire et des [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
FFT
Fast Fourier Transform, transformée de Fourier rapide. On sait depuis longtemps réaliser des transformées de Fourier d’un signal, à l’aide d’électroniques analogiques (mises en œuvre notamment dans les analyseurs de spectres). Lorsque les électroniques numériques sont apparues, on a naturellement cherché à calculer numériquement la transformée de Fourier des signaux. Mais ces calculs étaient longs, jusqu’à ce qu’apparaisse un nouvel algorithme qui a permis de fortement réduire le temps de calcul. Cet algorithme a été baptisé “fast” (rapide, en anglais). Et c’est ainsi qu’est apparu le terme FFT. Aujourd’hui, quand on parle d’un analyseur FFT, il s’agit d’un appareil qui assure une fonction d’analyse spectrale et qui calcule numériquement le spectre.
Ceci étant, malgré les progrès accomplis par les calculateurs, les analyseurs FFT restent relativement lents et sont réservés à l’analyse de signaux acoustiques, de vibrations ou à l’analyse d’asservissements (quelques centaines de kHz tout au plus). Quand on dit qu’un analyseur FFT est “temps réel jusqu’à 20 kHz”, cela signifie qu’il va calculer le spectre d’un signal jusqu’à 20 kHz, sans perdre aucune information sur le signal d’entrée. L’analyseur peut calculer les raies spectrales supérieures à cette fréquence, mais il perd alors la notion de “temps réel” : autrement dit, le temps de calcul est trop long pour pouvoir prendre en compte la totalité des échantillons du signal et des portions de ce signal sont perdues.