Le standard OPC AIM intègre l'identification automatique dans le monde IT

Rédigé par  lundi, 13 avril 2015 14:19

L’OPC et l’AIM sortent les spécifications d’un standard de communication unifiée entre les nombreux systèmes d’identification automatique et les logiciels IT de l’entreprise, avec l’Industrie 4.0 en ligne de mire.

Après un an de collaboration, l’association AIM (Automatic Identification & Mobility) et la fondation OPC (OLE for Process Control) profitent de la Foire de Hanovre qui a lieu en ce moment pour présenter la première version des spécifications complémentaires OPC AIM permettant l’intégration des process d’identification automatique dans le système d’information global de l’entreprise via le standard de communication OPC UA (Unified Architecture).

Les applications d’identification automatique mettent en œuvre des technologies de codes-barres, RFID, NFC, RTLS, associées à divers capteurs, autant de composants essentiels pour le contrôle de process et la logistique. Elles détiennent en outre des données importantes pour les logiciels MES (Manufacturing Execution System) et ERP (Enterprise Resource Planning) mais la cohabitation de multiples protocoles de communication propriétaires complique souvent la transmission de ces informations.

Les nouvelles spécifications OPC AIM vont donc permettre la mise en place de l’architecture unifiée OPC UA pour l’intégration verticale et horizontale de tous les systèmes, allant du capteur jusqu’au niveau IT de l’entreprise.

L’association AIM, qui regroupe les experts mondiaux en systèmes d’identification automatique très liés à l’automation dans son ensemble, compte ainsi fournir un standard commun à de nombreuses branches de l’industrie et éviter l’émergence de diverses spécifications concurrentes. Au-delà de la réduction escomptée en termes de délais et de coûts, l’AIM considère cet outil d’intégration unifiée comme fondamental pour la réalisation de concepts tels que l’Internet des objets, l’Industrie 4.0 ou les systèmes cyber-physiques (ou CPS pour Cyber Physical Systems).

Dernière modification le mardi, 14 avril 2015 14:20
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

02/09/2020 - 03/09/2020
Expobiogaz
03/09/2020 - 04/09/2020
Sido
16/09/2020 - 17/09/2020
Analyse industrielle
23/09/2020 - 24/09/2020
IoT World + MtoM Embedded
23/09/2020 - 24/09/2020
Microwave & RF
29/09/2020 - 01/10/2020
Sepem Industrie Avignon/Forum de l'électronique
29/09/2020 - 01/10/2020
Carrefour des fournisseurs de l’industrie agroalimentaire (CFIA)
07/10/2020 - 08/10/2020
Forum Labo

Non classé
Dynamique des structures

De l’acquisition aux résultatsL’analyse de structure est un puissant outil pour comprendre le comportement [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
  • Récepteur RF portable Récepteur RF portable
    Le récepteur de surveillance portable PR200 de Rohde & Schwarz permet d’analyser les émissions radios connues et inconnues et d’en localiser les sources, dans la gamme de fréquences de 8 kHz à 8 GHz.
    Lire la suite >
  • Antenne goniométrique pour localisation Antenne goniométrique pour localisation
    Narda Safety Test Solutions (STS ; groupe L3Harris Technologies) a présenté son antenne goniométrique automatique ADFA 2 (Automatic Direction Finding Antenna). Avec une gamme de fréquence étendue, elle permet, associée au récepteur temps réel SignalShark, de localiser de manière précise et sûre des signaux RF.
    Lire la suite >
  • Entrées/sorties décentralisées Entrées/sorties décentralisées
    
Le système d'entrées/sorties décentralisées CPX-AP-I de Festo permet l'intégration facile de modules compacts et de terminaux décentralisés dans les principaux systèmes hôtes
.
    Lire la suite >
GPIB
General Purpose Information/Interface Bus : il s’agit d’un standard universellement utilisé pour interconnecter des instruments de mesure électronique (générateurs, oscilloscopes, etc.) afin de réaliser des bancs de test automatiques. Normalisé depuis 1975 sous la référence IEEE 488.1 (il avait été en fait introduit en 1965 par la division instrumentation de Hewlett-Packard, qui allait être rebaptisée Agilent Technologies par la suite), GPIB est une liaison parallèle à 24 fils avec un débit de 1 Mo/s et qui est capable de piloter 14 instruments. Une version plus rapide (8 Mo/s) est arrivée par la suite. L’IEEE 488 est désormais sérieusement concurrencée par Ethernet, USB et FireWire.
L’IEEE 488-2 définit le protocole de communication entre tous les équipements d’un bus GPIB. Il s’agit d’une interface logicielle définissant la structure des échanges sur le bus (protocole des contrôleurs, ouverture des lignes, renvoi d’états standards, etc.)