Parker Hannifin connecte ses produits à l’IoT industriel

Rédigé par  jeudi, 15 juin 2017 17:40

Le fabricant américain lance Voice of the Machine, une plate-forme de produits et de services connectés à l’IoT, située au cœur de sa stratégie de transformation numérique des actifs industriels.

Le groupe américain Parker Hannifin, spécialiste des technologies de contrôle et de mouvement, vient de lever le voile sur Voice of the Machine, sa plate-forme de l’Internet des objets (IoT) destinée à créer un écosystème de produits et de services connectés, s'inscrivant dans un contexte de transformation numérique pour l'optimisation de la production et la mise en place d’une maintenance prédictive. Ce qu’explique de façon imagée Miguel Morales, directeur IoT chez Parker: « Au travers de la plate-forme Voice of the Machine, nos clients peuvent entendre ce que disent leurs actifs jusqu’au niveau des composants, permettant ainsi d’améliorer les performances de leurs applications ».

Présentée comme interopérable et évolutive, cette solution a été conçue pour répondre à certaines difficultés rencontrées par les clients dans leur transition numérique, comme par exemple l’incompatibilité entre des protocoles de communication de fournisseurs différents, la présence d’équipements d’ancienne génération ou l’incapacité de descendre au niveau d’un composant d’une machine.

Pour ce faire, Parker a adopté une approche center-led consistant à centraliser un ensemble de standards de l’IoT et de règles de bonne pratique, qui peuvent alors être appliqués aux produits des diverses entités du groupe dans une démarche de travail collaboratif. Côté architecture et développement d’applications, Voice of the Machine est basée sur les solutions logicielles de la société Exosite spécialisée dans les technologies de l’IoT, assurant la connexion de composants individuels qui utilisent des services numériques communs et facilitant d’autre part, leur intégration à des plates-formes de partenaires.

Dernière modification le jeudi, 15 juin 2017 17:40
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

Pas d'événement

Non classé
Mesure vibratoire de machines tournantes

Quelle que soit la machine : générateur, turbine, compresseur alternatif, diesel ou transmission, les [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
In situ

Le test in-situ d’une carte électronique consiste à tester individuellement les composants qu’elle comporte ainsi que la qualité des connexions. L’accès électrique aux différents points de la carte s’effectue à l’aide d’une planche à clous. Le test in-situ permet de mettre immédiatement en évidence un composant défaillant. Lors du test, seul le composant ou la zone sous test est mise sous tension.
Sur les cartes les plus denses, l’accès aux points de la carte est de plus en plus difficile. Ceci a conduit les fabricants de testeurs de cartes à développer des techniques de contrôle optique (AOI) ou à rayons X. Mais, bien évidemment, on se limite ici à des contrôles d’aspects (de qualité des soudures, de marquage des composants, etc.) et on n’atteint pas la qualité d’un test électrique.
Le test in-situ est en général complété par un test fonctionnel, qui permet de s’assurer du bon fonctionnement de la carte. Dans certaines productions bien rodées, on se contente d'un test fonctionnel rapide, de type "go-no go", et on pratique éventuellement un test in-situ sur les cartes qui n'ont pas passé le test go-no go, afin de localiser le défaut et réparer la carte.