PC industriels pour fonctionnement continu


Rédigé par  mercredi, 13 novembre 2019 16:39

Siemens a élargi sa gamme de PC industriels avec quatre nouveaux appareils, les Simatic IPC627E, 677E, 647E et 847E. Disponibles en version rack, box ou Panel PC, ils permettent le traitement et le stockage des gros volumes de données ainsi que les visualisations complexes.


# Processeur : Intel Xeon, Core i3/i5/i7 ou Celeron

# Mémoire Ram jusqu’à 64 Go, disque SSD M.2 NVMe

# Interfaces : 3 ports Gigabit Ethernet, connecteurs USB 3.1 Gen 2 (Types A et C)

# Systèmes d’exploitation : Windows 10 Enterprise 2016 LTSB, Windows Server 2016

# Version Panel PC : écran 19, 22 ou 24 pouces Full HD
# Conçus pour un fonctionnement continu 24h/24

# Résistance aux vibrations, aux chocs et aux perturbations CEM

# Plage de température : jusqu'à +50 °C


Siemens
 France
www.siemens.com

Dernière modification le mercredi, 13 novembre 2019 16:39
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

16/06/2020 - 17/06/2020
Journées de la mesure 2020
23/06/2020 - 26/06/2020
SITL

Non classé
Mesure vibratoire de machines tournantes

Quelle que soit la machine : générateur, turbine, compresseur alternatif, diesel ou transmission, les [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Nathalie HEURLIN
Chef de publicité
n.heurlin@mesures.com - 02.98.27.79.99
6 sigma
Six Sigma (6s) est un ensemble de stratégies, méthodes, outils de calculs statistiques, etc. qui permettent d’améliorer un processus, qu’il s’agisse d’un processus de conception, d’un processus de production, d’un processus commercial, etc. Une démarche Six Sigma peut être appliquée aux processus les plus élémentaires, comme par exemple le processus d’insertion de la notice à l’intérieur de l’emballage d’un médicament. Le but d’un projet Six Sigma est d’éliminer les causes de défauts. Pour le mettre en place, il est donc judicieux de commencer par les processus qui génèrent le plus de problèmes.
L’origine de la méthode Six Sigma remonte à 1985 : à cette époque, Motorola Semiconductors avait avancé l’argument qu’elle visait un objectif de Six Sigma pour la fabrication de composants électroniques. Sigma désigne l’écart type d’un processus (voir définition de écart type). Dans toute production, on se fixe des limites de tolérance haute et basse. Un processus 'un sigma' (1s), ça signifie que 68,26 % des pièces produites se trouvent à l’intérieur des limites de tolérance. Pour un processus 'deux sigma' (2s), ce pourcentage monte à 95,46 %. Et ainsi de suite. Un processus Six Sigma (6s) signifie que 99,999998 % des pièces produites sont à l’intérieur des limites de tolérance, c’est-à-dire qu’il y a moins d’une pièce défectueuse sur 50 millions. Du moins en théorie. En fait, en pratique, le taux de défaut retenu pour un processus Six Sigma est de 3,4 ppm (3,4 pièces défectueuses sur un million). Ce chiffre ne doit rien au hasard. On part du principe que le process Six Sigma n’est pas forcément centré par rapport aux limites de tolérances. On s’autorise un écart de ±1,5s par rapport au centre et les calculs permettent alors d’arriver à un taux de 3,4 ppm.
Cela dit, la plupart des processus actuels relèvent plutôt du 3s, voire 3,5s. Mais c’est parfois beaucoup plus : pour ses moteurs d’avions, General Electric parle d’un objectif de 20s !