Commutateur durci avec 10 ports

Rédigé par  mardi, 10 janvier 2017 15:58

MPL étend sa famille de commutateurs avec le modèle durci Maxbes. Ce dernier regroupe huit ports 1 Gigabit Ethernet et deux ports 10 Gigabit SFP+.

# Led de statut pour chaque port
# Tension d'alimentation: 8 à 36 Vcc (protection contre le renversement de polarité et consommation inférieure à 15 W)
# Plage de température : -20 à +60 °C
# Configuration via interface web (dont SSL), Telnet, SNMP (dont SNMPv3) ou RS-232
# Standards : VLAN IEEE 802.1Q, RSTP IEEE 802.1D, vérification d'adresse MAC IEEE 802.1X
# Fonction de statistiques et de diagnostic (selon SFF-8472)
# Mise à jour via HTTP ou TFTP

MPL

www.mpl.ch

Dernière modification le mardi, 10 janvier 2017 15:58
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

30/01/2018 - 01/02/2018
Sepem Rouen
01/02/2018 - 01/02/2018
Journée technique du LNE
06/02/2018 - 06/02/2018
Journée technique du CFM
06/02/2018 - 07/02/2018
Analyse industrielle
07/02/2018 - 08/02/2018
Pharmapack Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Biogaz Europe
07/02/2018 - 08/02/2018
Enova Lyon

Mesure physique, analyse chimique
Experts en analyses physico-chimiques

Avec plus de 35 ans d'expérience en analyse physico-chimique et une présence dans le monde entier, [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
PROM
Programmable read-only memory , mémoire programmable à lecture seulement. Il s’agit de circuits intégrés assurant une fonction de mémoire non volatile, c’est-à-dire qui conserve ses informations même lorsque l’alimentation est coupée (alors que ce n’est pas le cas pour les mémoires vives RAM).
L’histoire des mémoires non volatiles présentées en circuit intégré a démarré avec les ROM, qui étaient programmées une fois pour toutes par le fabricant du composant. Il s’agissait donc d’une mémoire morte. Les PROM font un peu la même chose mais ici la programmation est assurée par l’utilisateur lui-même (à l’aide d’un programmateur, qui consiste à appliquer des courants forts de façon à faire fondre des contacts à l’intérieur du circuit). Comme pour les ROM, la programmation est faite une fois pour toutes.
Les EPROM qui ont suivi étaient radicalement différentes : elles pouvaient s’effacer (en appliquant des rayonnements ultraviolets sur la puce du composant, à travers une fenêtre transparente) et pouvaient être reprogrammées ; comme les ROM et les PROM, il s’agit de mémoires non volatiles (par contre, les EPROM ne sont pas des mémoires mortes).
La EEPROM enfin, présente l’avantage d’être effacable électriquement. Bien entendu, elle peut être reprogrammée.