Quand l’Ethernet industriel prend le pas sur les bus de terrain

Rédigé par  vendredi, 09 mars 2018 14:47
Anders Hansson - HMS Anders Hansson - HMS

L’état des lieux 2018 du marché des réseaux industriels publié par HMS fait apparaître que l’Ethernet industriel a désormais dépassé les bus de terrain en termes de nouveaux nœuds installés dans le secteur de l’automatisation.

HMS Industrial Networks, fournisseur de produits de communication industrielle, vient de publier son analyse annuelle du marché des réseaux industriels qui s’intéresse aux nouveaux nœuds d’automatisation installés dans le monde. Il en ressort que l’Ethernet industriel progressant plus vite que les bus de terrain classiques depuis plusieurs années, il a fini par les dépasser. Ainsi, avec un taux de croissance de 22 %, il représente désormais 52 % du marché mondial, contre 46 % l’an passé. Au contraire des bus de terrain qui marquent un repli, passant de 48 % l’année dernière à 42 % aujourd’hui. « Cette transition est stimulée par le besoin de performances élevées, l’intégration entre les installations des usines et les systèmes informatiques et enfin, par l’Internet industriel des objets en général », explique Anders Hansson, directeur du marketing chez HMS. Côté répartition, c’est EtherNet/IP qui s’impose comme la norme principale avec 15 % du marché. Viennent ensuite Profinet, EtherCAT, Modbus-TCP et Powerlink.

L’analyse fournie par HMS fait également apparaître plusieurs tendances. L’une d’elles souligne que si le déclin des bus de terrain se profile, ceux-ci continuent de progresser légèrement (6 %), bénéficiant de la bonne tenue du secteur industriel et des inquiétudes qui l’entourent en matière de cybersécurité. Le standard dominant reste Profibus, suivi de Modbus-RTU et CC-Link.

Un deuxième phénomène significatif réside dans la belle progression de 32 % des technologies sans fil, WLAN en tête, suivie de Bluetooth. Avec une part actuelle de 6 % du marché, les réseaux sans fil sont de plus en plus utilisés par les constructeurs de machines pour créer des architectures innovantes et mettre en œuvre des solutions de type Bring Your Own Device (BYOD) pour tablettes et smartphones.

Un dernier point à retenir concerne les grandes différences régionales. En Europe et au Moyen-Orient, Profinet et EtherNet/IP sont les plus courants et Profibus se maintient, tandis que le marché américain est dominé par les réseaux CIP, avec une forte tendance à l’adoption d’EtherNet/IP. Quant à l’Asie, aucune norme ne se détache clairement. Profinet, EtherNet/IP, Profibus, EtherCAT, Modbus et CC-Link sont très répandus. Notons juste que la version Ethernet de ce dernier, CC-Link IE Field, y connaît un certain succès.

Dernière modification le vendredi, 09 mars 2018 14:47
Connectez-vous pour commenter

logo_80ans

26/03/2019 - 28/03/2019
Sepem industries Toulouse
01/04/2019 - 05/04/2019
Foire de Hanovre
03/04/2019 - 04/04/2019
Enova Nantes
10/04/2019 - 11/04/2019
Sido

Mesure physique, analyse chimique
Experts en analyses physico-chimiques

Avec plus de 35 ans d'expérience en analyse physico-chimique et une présence dans le monde entier, [...]

Pour communiquer sur vos produits,
Jean-Guillaume CANUET
Directeur de Publicité
jgcanuet@newscoregie.fr - 01 75 60 28 54
UHF
Ultra High Frequency, ultra-hautes fréquences : ce terme est ancien et il avait été défini pour qualifier un domaine de fréquences très élevé pour l’époque. En fait, il ne s’agit pas de fréquences si élevées que cela (300 MHz- 3 GHz). Les UHF sont au-dessus de la gamme VHF (laquelle couvre la plage 30 MHz-300 MHz). Aujourd’hui, pour ces deux bandes, on parle plutôt de “plage RF” (radiofréquences). Au-dessus de 3 GHz, on entre dans le domaine des hyperfréquences.